• Le fonds

Dossier Sommaires et éditos des dossiers

Sur notre boutique en ligne, vous trouverez de plus "Géochronique" :

 

Dans cette rubrique, vous ne pouvez télécharger que le sommaire et un extrait de page du dossier principal. Si vous êtes abonnés à la revue en format PDF, vous devez vous connecter sur le site en cliquant ici et l'accès à l'intégralité des numéros se trouve dans l'espace Adhérent.

Documents

pdf Géochronique 134, Juin 2015 - Regards sur la Paléobotanique Populaires

2851 téléchargements

Geochronique 134
Sommaire

BRÈVES


Informations techniques sur les hydrocarbures non conventionnels
Étude spatiale des eaux terrestres : la mission SWOT
Une nouvelle forêt engloutie au large des côtes anglaises
Les centrales au charbon allemandes sur la sellette
Olympiades de Géosciences
Bientôt une mine de rubis au Groenland ?
L’envol des dinosaures au Paléospace de Villers-sur-Mer

ACTUALITÉS


Cinquantenaire de l’AGBP
L’Aube sur Cérès
AGSO : Assemblée Générale 2014 et excursion dans le cirque de Barossa
Les volcans de boue de Roumanie

DOSSIER


Regards sur la Paléobotanique

1 > Naissance de la Paléobotanique
Émergence du concept de fossile, origine et développement de la Paléobotanique
Carbonifère, naissance de la paléobotanique moderne

2 > Objets et thématiques
Paléobotanique : objets, objectifs et méthodes
Archéobotanique
Paléoflores et climat
Biogéochimie des plantes fossiles
Glossopteris, paléophytogéographie, paléogéographie et dérive des continents

3 > Techniques d'étude
Les phytolithes
Les angiospermes et l'étude des fossiles de l'appareil reproducteur
La technique de dépelliculation et ses applications

4 > Points de vue actuels sur la Paléobotanique
Une flore dévonienne à conservation exceptionnelle : le gisement de Rhynie (Écosse)
Les premiers arbres
Les plantes et les grandes extinctions
La sortie des eaux des végétaux

ENCARTS


Brûler pour être... fossilisé. Pour les plantes... le feu ça crée !
Émergence et diversification des plantes terrestres
Dernière minute
Où voir des plantes fossiles ?
De la photosynthèse à la plante verte chloroplastidiée : au point de départ était la chlorophylle !

ANALYSES D'OUVRAGES



  Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique

pdf Géochronique 133 - Mouvements gravitaires Populaires

2851 téléchargements

Geochronique 133
Mouvements gravitaires

Les mouvements de terrain les plus courants constituent en général des phénomènes naturels ponctuels à effets limités. Cependant, de par leur nombre important, ils génèrent des dommages importants et coûteux, qui peuvent toucher un grand nombre de personnes dans certains cas. En effet, les mouvements de terrain provoquent la mort de 800 à 1 000 personnes par an dans le monde (EM-DAT/CRED, 2014), mais les chiffres peuvent monter jusqu'à plusieurs milliers de morts selon les auteurs (Petley, 2012). De nombreux paramètres, naturels et/ou anthropiques conditionnent l'apparition et le développement des mouvements et des glissements de terrain (topographie, géologie, hydrologie, hydrogéologie, érosion rapide du pied de certaines pentes, urbanisation, etc.). Ce sont cependant les phénomènes météorologiques qui semblent provoquer le plus grand nombre d'événements.

S. BERNARDIE et O. CERDAN

 Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique

pdf Géochronique 084, Décembre 2002 - L'Évolution Populaires

1661 téléchargements

Géochronique 84

L'Évolution : sujet difficile à aborder car d'approches à la fois philosophique et naturaliste, concernant deux disciplines recourant à des langages différents.
Une multitude d'ouvrages sont consacrés aux théories de l'Évolution. Pour ce dossier nous avons choisi, d'évoquer, le plus simplement possible, celles auxquelles il est habituellement fait référence.
Nous nous sommes concentrés sur les hypothèses relatives aux origines de la vie car la notion d'évolution, telle que nous l'envisageons, concerne le monde vivant, c'est-à-dire l'ensemble des transformations successives qu'ont subies les êtres vivants dans la durée des temps géologiques. C'est à des paléontologistes que nous avons demandé quelques exemples significatifs, des trilobites au primate Homo, sans négliger cependant l'apport de la génétique.

Depuis son apparition, la notion d'Evolution biologique n'est pas restée figée dans le carcan d'une définition ou d'une école : elle a ... évolué, c'est-à-dire subi une série de transformations successives. Des théories se sont succédé, contradictoires (et concurrentes) ou complémentaires : lamarckisme (début du XIXe s.) contré par le darwinisme (milieu du XIXe s.), et leurs enrichissements respectifs néolamarckisme et néodarwinisme (fin du XIXe s)., mutationisme (première moitié du XXe s.), théorie synthétique enfin (milieu du XXe s.) que n'a, jusqu'à présent, détrônée aucune explication ou conception nouvelle.
Une certitude intangible demeure : l'Evolution de tout être vivant est étroitement dépendante des conditions climatiques, physico-chimiques et biologiques du milieu dans lequel il naît, se reproduit et disparaît, que ce soit dans le cadre de sa « niche écologique » ou à l'échelle globale de la géotectonique.

La coordination de ce dossier a été assurée par J. GAUDANT et D. PAJAUD.

 

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 085, Mars 2003 - Stockage souterrain Populaires

1703 téléchargements

Géochronique 85


Stocker, c'est mettre à l'abri pour une certaine durée toute sorte de biens ou de produits, toujours avec l'intention de les reprendre plus tard. Lorsqu'il est souterrain, le stockage est un client du sous-sol, donc du milieu géologique ; c'est pourquoi Géochronique a retenu l'idée de consacrer un dossier aux stockages souterrains. Comme pour bien d'autres dossiers, la matière s'est révélée tellement abondante et diversifiée qu'il a fallu limiter les ambitions, au risque de repousser certaines contributions. [...]

Dossier coordonné par P. Duffaut et R. André-Jehan

 

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 086, Juin 2003 - Les bactéries Populaires

1711 téléchargements

Géochronique 86


Si l'homme est l'animal terrestre le plus évolué, il est aussi le plus complexe des vivants. Mais les bactéries sont certainement les êtres les mieux adaptés aux environnements les plus divers. Elles colonisent tous les milieux, organiques ou minéraux : le corps des animaux, les tissus des végétaux, l'atmosphère terrestre, les masses d'eau superficielles et souterraines, le sol et le sous-sol et même des mines radioactives.
On a pour cette raison supposé que les bactéries étaient les organismes primitifs à l'origine de la vie terrestre, et, par extension de pensée, qu'elles étaient les prototypes d'une vie encore à découvrir sur d'autres planètes de notre système solaire ou – pourquoi pas – d'autres systèmes stellaires. Les observations des géologues et des biologistes ont confirmé cette hypothèse à la suite de l'identification de toute une classe de bactéries prospérant dans des milieux caractérisés par des conditions extrêmes de température, de pression ou de composition chimique : les bactéries dites « extrémophiles ».

Les bactéries possèdent une énorme capacité de prolifération, leur contribution est considérable dans l'élaboration de la matière organique fossile.

On commence à percevoir toute l'importance du rôle que pourraient avoir certaines espèces de bactéries dans la genèse des gîtes métallifères. Si l'on en parle depuis longtemps pour les gisements de fer antécambriens, le champ de leur activité serait beaucoup plus étendu qu'on ne l'aurait pensé comme l'ont montré notamment les observations faites dans l'emprise des venues hydrothermales sous-marines.

Depuis quelques décennies, les bactéries jouent un rôle important dans la dépollution des sols et des eaux de même que dans les techniques de traitement des minerais par biolixiviation.

Dossier coordonné par Ph. Lagny et J.C. Michel.

 

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 087, Septembre 2003 - La Gardette, Neves Corvo, Adamaoua Populaires

1664 téléchargements

Géochronique 87



- Des hydrocarbures pour l'avenir
- Neves corvo
- L'Adamaoua
- Carte sismotectonique du Monde
- Vajont et Longarone



Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 088, Décembre 2003 - Essor de la géologie française Populaires

1654 téléchargements

Géochronique 88



À l'aube du XIXe siècle, la France sortait d'une période de plusieurs décennies au cours de laquelle l'étude de la Terre avait été l'apanage d'observateurs isolés qui font à nos yeux figures de géniaux précurseurs car leurs succès tiennent avant tout à leurs qualités personnelles et notamment à leur talent d'observateurs. Nicolas Desmarest (1725-1815), Jean-Louis Giraud-Soulavie (1752-1813), mais aussi Déodat Dolomieu (1750-1801) furent de cette trempe, ainsi que deux Genevois célèbres : Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) et Jean-André de Luc (1727-1817).

Il convenait désormais d'accroître et de structurer les moyens. Ce fut le rôle de l'École et du Corps des mines, tandis que l'organisation récente du Muséum national d'histoire naturelle et l'ouverture des facultés des sciences permirent de diffuser plus largement les connaissances.

Toutefois, l'objectif prioritaire demeurait l'établissement d'un inventaire des ressources minérales du pays, ce qui avait justifié, sous l'Ancien Régime, la tentative avortée de Jean-Etienne Guettard (1715-1786) de dresser un Atlas minéralogique de la France. La question ne manqua pas de devenir l'affaire du siècle puisque, successivement, trois projets cartographiques furent mis en chantier dans notre pays : la carte géologique de la France, les cartes géologiques départementales et la carte géologique détaillée de la France à 1/80 000.

Pour cartographier les terrains, il fallait impérativement être en mesure d'en définir la succession, c'est-à-dire de préciser leur stratigraphie, ce que les Allemands Johann Gottlob Lehmann (1713?-1767) et Georg Christian Füchsel (1722-1773) avaient déjà entrepris de faire à l'échelle locale sur le Paléozoïque du Harz puis de Thuringe, avant que William Smith (1769-1839) n'en fasse de même sur le Mésozoïque de l'Angleterre et qu'Alexandre Brongniart (1770-1847) et Georges Cuvier (1769-1832) n'établissent en 1808 la succession des terrains tertiaires des environs de Paris. Toute cette entreprise fut finalement couronnée au milieu du siècle par la synthèse stratigraphique réalisée par Alcide d'Orbigny (1802-1857) qui avait le mérite de s'articuler parfaitement avec les conceptions alors en vigueur sur la formation des montagnes.

Il restait un défi majeur à relever : expliquer la formation des montagnes que Léonce Elie de Beaumont (1798-1874) tenta d'ordonner dans des « systèmes de montagnes » avant d'imaginer la théorie du « réseau pentagonal ».

N'oublions pas, enfin, que c'est au cours du XIXe siècle que se sont constituées les principales collections géologiques, minéralogiques et paléontologiques.

Le comité de rédaction

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 089, Mars 2004 - Pierres du patrimoine Populaires

1587 téléchargements

Géochronique 89



La pierre est un matériau très utilisé dans la restauration des monuments historiques. Le ministère de la culture chargé de la conservation de ces édifices au titre de la loi du 31 décembre 1913, est particulièrement attentif à l'actualité technique, scientifique ou réglementaire liée à sa production et sa conservation. Le domaine est vaste et concerne des professionnels d'horizons très divers, depuis l'extraction du matériau jusqu'à sa mise en œuvre. Au sein même de la direction de l'architecture et du patrimoine, deux sous-directions importantes sont concernées par les questions relatives aux carrières de pierres : la sous-direction de l'archéologie et celle des monuments historiques .
Cette année, un effort particulier a pu être porté sur l'évolution nécessaire de la réglementation en vigueur relative à l'ouverture des carrières de pierre destinées à la restauration des monuments historiques. Un besoin de simplification administrative a été constaté qui devrait faire l'objet de mesures adaptées dans un proche avenir. L'inventaire et la protection des ressources ou carrières de pierres de restauration devenues rares ou sensibles font partie de nos actions prioritaires.
Le numéro de la revue Géochronique consacrée à la pierre et au patrimoine montre bien l'intérêt que le ministère accorde à la recherche dans ce secteur, à travers la qualité des auteurs d'articles dont beaucoup travaillent en liaison avec nos services. Je souhaite vivement qu'elle donnera l'occasion à un large public de disposer de ces informations de grande qualité sur les Pierres du patrimoine.

François GOVEN, Sous-directeur des
Monuments Historiques, Direction de l'architecture et du patrimoine

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 091, Septembre 2004 - La ligne du Cameroun, Diamant, Quels géologues pour demain, Les marbres belges, Sur les traces des dinosaures, La séquestration du CO2 Populaires

5276 téléchargements

Géochronique 91



- La ligne du Cameroun
- Diamant
- Quels géologues pour demain
- Les marbres belges
- Sur les traces des dinosaures
- La séquestration du CO2

 

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)

pdf Géochronique 090, Juin 2004 - Les sciences de la Terre, de l'école au lycée Populaires

1592 téléchargements

Géochronique 90



Géochronique propose pour la première fois un dossier sur l’enseignement des Sciences de la Terre de l’école au lycée. Nous tenons en premier lieu à remercier Michel Corsini, Maître de Conférences à l’université de Nice, qui a bien voulu accepter de se charger de contacter les auteurs et réunir les articles ; sans son travail cette tentative était vouée à l’échec.

L’idée de réaliser ce dossier nous est venue à la suite des travaux du récent colloque « enseignement et vulgarisation des sciences de la Terre de l’école à l’université » qui s’est tenu à Nice du 14 au 16 Mai 2003. Trois thèmes sont abordés ;
-       une mise au point sur les programmes de Sciences de la Terre dans l’enseignement primaire et secondaire, et sur la formation des Maîtres ;
-       quelques considérations sur les spécificités de l’enseignement des sciences de la Terre et les difficultés rencontrées par les enseignants et par les élèves ;
-       un aperçu sur les nouveaux outils pédagogiques à la disposition des professeurs et des élèves.

Il s’agit d’un sujet complexe, passionnant… et polémique. En effet, nous avons constaté que rares sont nos collègues géologues n’ayant pas des idées arrêtées sur ce qu’il faudrait faire selon eux dans ce domaine ; les uns voudraient que les programmes fassent une place plus large au terrain, aux faits concrets ; les autres plaident pour une étude plus approfondie des grands mécanismes géodynamiques… Mais tous s’accordent pour critiquer ce qui existe ! Avant tout nous leur conseillons de participer à une séquence d’enseignement des sciences de la Terre au collège ou au lycée, ou d’animer une sortie sur le terrain avec des élèves ; ils verront à quel point c’est difficile d’intéresser les enfants et les adolescents à la géologie et seront surpris, voire désarçonnés, par les questions posées ! Cela incite à la modestie… Dans ce contexte, il faut rendre hommage aux professeurs qui ne sacrifient pas l’enseignement des sciences de la Terre au profit de celui des sciences de la Vie, réputé plus facile ( !), particulièrement à ceux qui ont le courage, pour ne pas dire l’inconscience, d’emmener les élèves sur le terrain avec tous les risques que cela comporte !

Bien entendu ce dossier ne prétend pas à l’exhaustivité ; il ne reflète que très partiellement les orientations actuelles de l’enseignement des sciences de la Terre (programmes et pédagogie) dans le Primaire et le Secondaire. Pour lui garder un volume raisonnable, de nombreux points n’ont pu être abordés, comme par exemple la comparaison de l’enseignement en France et dans les autres pays européens, ou abordés trop brièvement, comme la formation continue des enseignants, sujet capital en regard de l’évolution rapide de la discipline et des programmes. Par ailleurs, le vocabulaire utilisé pourra parfois dérouter certains lecteurs ! Nous espérons qu’ils ne nous en tiendront pas rigueur, et nous souhaitons surtout que ce dossier suscite des réactions que nous publierons, à condition bien sûr qu’elles soient constructives.

La Rédaction

 

Acheter ce numéro en ligne : version papier - version électronique (pdf)