• Le fonds

Lauréat 2018 du Grand Prix Albert Gaudry : Brigitte Senut

Brigitte SENUT (Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle - Département "Histoire de la Terre" (Paléontologie) depuis 1er septembre 2005, PR CE1 depuis le 1er janvier 2012)

En lui attribuant cette distinction, la SGF souhaite honorer sa carrière de paléontologue réputée internationalement pour ses recherches sur les faunes terrestres et les environnements du Cénozoïque en Afrique ainsi que son attachement aux différentes disciplines des Sciences de la Terre.

Message du  Professeur Yves Coppens  : « Cher Professeur Senut, chère Brigitte, je n’ai pas pu me libérer pour venir à Lille participer à l’hommage qui va vous y être rendu par la Société géologique de France, en vous remettant le plus prestigieux de ses Prix et je le regrette beaucoup. Grâce à la courtoisie du Président de cette grande Société dont j’ai du rejoindre les rangs dés les années 50, je suis heureux de pouvoir vous dire toute l’admiration que j’ai pour votre travail, votre courage, vos résultats. Je me souviens de nos premières rencontres, vers la fin des années 70, où vous me disiez votre désir de faire de la recherche dans les domaines qui étaient les miens mais aussi vos rêves de faire du « terrain ». Vous avez su, grâce à votre volonté, acquérir les compétences géologiques pour mériter ce terrain et les compétences anatomiques pour savoir y pratiquer paléontologie et paléoanthropologie. Et se sont alors enchainées et s’enchainent toujours les campagnes en Ouganda, au Kenya, en Afrique du Sud, en Namibie et les récoltes qu’elles ont méritées et qui ont pour noms Otavipithecus, Orrorin, l’Homme de la rivière Orange, ou cet Hominidé énigmatique des sites diamantifères sud-africains miocènes, parmi mille fossiles nouveaux de mille familles différentes. Nous, vos collègues « consommateurs », vous sommes reconnaissants d’avoir su conduire, seule ou en compagnie de Martin Pickford que nous n’oublions pas, ces expéditions parfois périlleuses, d’en avoir rapporté toute cette moisson de découvertes brillantes et d’avoir eu en outre chaque fois le courage d’en mener à terme la publication. Toutes mes félicitations, Brigitte, les plus vives et les plus affectueuses. Yves Coppens ».

 IMG 1317 2

 

Lauréat 2018 du Prix Wegmann : Kenneth Taylor

Kenneth TAYLOR (Professeur émérite au département d’Histoire des Sciences de l’Université d’Oklahoma - USA).

La Société Géologique de France a décidé de lui attribuer ce prix afin de rendre hommage à ses travaux remarquables sur l’histoire de la géologie, notamment en France et en Europe, et aux liens privilégiés qu'il entretient avec notre pays depuis de très nombreuses années.

 

 remise prix taylor

Remise du prix Wegmann, à Norman (Oklahoma - USA), le samedi 17 novembre 2018 par Philippe Taquet

 

 

Lauréat 2018 du Prix Bourcart : Cécile Robin

Cécile ROBIN (Maître de Conférences Hors Classe à l’Université de Rennes dans l’UMR CNRS "Géosciences-Rennes")

La Société Géologique de France a décidé de lui attribuer ce prix, pour ses qualités scientifiques, son rôle de formatrice et animatrice d’équipes mais surtout pour ses apports fondamentaux en termes de stratigraphie séquentielle, de stratigraphie des déformations et leur application industrielle.

IMG 1247 2

 

Lauréat 2017 du Prix De Lamothe : Jean-Pierre Suc

Jean-Pierre Suc, palynologue est Directeur de recherche CNRS 1er classe ; il est actuellement émérite et affecté à l’Institut des Sciences de la Terre de Paris à l’UPMC. Il est reconnu au niveau international notamment pour ses travaux sur la crise messinienne. Il est l’auteur de plus de 100 publications internationales et a dirigé ou co-dirigé 25 thèses et 15 DEA/Master 2

Il effectue ses études à Marseille puis à Montpellier où il devient docteur d’Etat en 1980. Il débute au CNRS comme attaché de recherche en 1974 à Montpellier. Détaché au début des années 1980 à la Compagnie Française des Pétroles (Total), il rejoindra l’Université Cl. Bernard à Lyon au milieu des années 1990 où il sera directeur adjoint de son UMR, responsable d’équipe, Président de la commission recherche de l’UFR des Sciences de la Terre, membre du Conseil scientifique de l’Université.

 Au niveau national et international, il aura la responsabilité de nombreux programmes scientifiques du CNRS, de l’Institut Français de la Biodiversité, de la Coopération franco-chinoise, de l’ANR… Il sera membre du Comité Directeur du programme EEDEN, Co-rédacteur du Livre-Blanc du Programme INSU TerMex et membre de son conseil Scientifique.

Il sera Président de l’Association des Palynologues de Langue Française, Vice-Président de l’International Federation of Palynological Societies, I.F.P.S., Président du Regional Committee on Mediterranean Neogene Stratigraphy, R.C.M.N.S. puis membre de son Bureau exécutif. Il a été membre des Commissions internationales de Stratigraphie du Quaternaire (International Quaternary, INQUA) et de celle de la Stratigraphie du Néogène.

 

 

Lauréat 2017 du Prix Millot : Jean-François Deconinck

Jean François Deconinck est professeur classe exceptionnelle à l’Université de Bourgogne au laboratoire des Biogéosciences. Il est sédimentologue, spécialiste des minéraux argileux qu’il utilise notamment pour caractériser les climats à l’échelle des temps géologiques et par suite pour comprendre les grandes crises paléoenvironnementales qui ont ponctué l’histoire de notre planète. Jean-François Deconinck s’intéresse aujourd’hui aux périodes primordiales du globe, le Précambrien.

Jean-François Deconinck est étudiant à Lille, sous la direction d’Henri Chamley, et est recruté en 1987 à Lille. Après quelques années à l’Université de Rouen, il rejoindra l’Université de Bourgogne.

Il est auteur de plus de 80 publications de rang international et auteur d’ouvrages à l’adresse des étudiants et des enseignants. Il a dirigé une douzaine de doctorants. Certains d’entre eux sont devenus universitaires.

Jean-François Deconinck s’est largement investi au point de vue collectif et administratif aussi bien pour l’enseignement que  pour la recherche notamment au sein de son unité de formation, de son laboratoire et de son équipe, ainsi qu’au niveau national avec de lourdes charges au sein du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, de l’AERES et du CNU. Dans le cadre de ces fonctions, il est très apprécié pour la pertinence de ses avis, la justesse de ses interventions et de ses jugements. Il s’est également investi dans les sociétés savantes et professionnelles, dans la société Géologique de Nord au début de sa carrière, le CNFG, puis plus récemment au sein de l’Association des Sédimentologistes Français dont il fût le Secrétaire et  dont il vient  de terminer un long mandat de Président. Il a également dirigé le comité d’organisation de la RST à Dijon en 2006 puis celui du congrès de l’ASF, toujours à Dijon en 2011. Les deux manifestations ont été d’une très belle facture. Il a également organisé des journées thématiques pour la SGF, l’AFK et le GFC.

 

Lauréat 2014 du Prix Roubault : Jean‐Marie MASSET

Médaille RoubaultJean‐Marie MASSET (Ingénieur, Total SA), pour une carrière de praticien dédiée l'exploration‐production des hydrocarbures, au maintien du lien entre recherche industrielle et recherche universitaire, et à la promotion des métiers des géosciences auprès des jeunes. Outre les actions et la stratégie qu'il a développées dans le cadre de ses différentes fonctions (chef de projet, directeur exploration en filiales, directeur Géosciences) pour le maintien des réserves d'hydrocarbures, il a porté une attention particulière à la formation des étudiants et a mis son dynamisme au service de la communauté des sciences de la Terre et à la défense de la profession.

Lauréat 2014 du Prix Millot : Christophe LECUYER

Médaille MillotChristophe LECUYER (Professeur, Université Claude Bernard, Lyon), pour une carrière de niveau international dédiée à la géochimie isotopique appliquée aux reconstitutions paléoenvironnementales et paléobiologiques. Son intense activité de recherche qui s'est traduite par le développement d'un centre de recherche internationalement reconnu et par sa nomination à l'Institut Universitaire de France, ne l'a pas empêché de déployer une activité de formation très importante et de jouer un rôle notable dans diverses instances de la recherche scientifique française.