Previous Frame Next Frame
  • Node
  • Node
  • Node
  • Node

Auteurs : G. Guieu, J. Ricour, J. Rouire & collab.
Editeurs : Éditions Jeanne Laffitte - Brgméditions
Nombres de page : 244
Prix public : 18,5 €
Date de parution : 2008


 
2ème édition en collaboration avec Jean Philip et Raymond Monteau.

Après le succès de la première édition, parue en 1996, et plutôt que de la réimprimer, il a paru préférable de tenir compte des connaissances acquises depuis, qui s’expriment aussi dans la révision de la feuille géologique à 1/50 000 de Marseille. Avec 30 pages de plus, cette deuxième édition a conservé le découpage en 8 chapitres de la première, avec quelques changements de titres.

Le chapitre sur la géologie et les hommes reste en tête de l’ouvrage, une façon de confirmer que la géologie n’est pas qu’une science académique, mais qu’elle sert de socle pour l’exploitation de substances minérales et énergétiques, l’alimentation en eau, l’aménagement et l’appréciation des risques naturels et, plus largement, des questions environnementales. On peut considérer que ce chapitre se prolonge par le chapitre 4 qui est consacré au site de Marseille et plus particulièrement au thème « géologie et urbanisme ». Les autres chapitres portent respectivement sur les différents ensembles géologiques de Marseille et de ses environs.

À tout seigneur tout honneur, le massif des Calanques (chapitre 2) sert d’initiation géologique (stratigraphie, tectonique) tout en proposant un développement opportun sur le système karstiques et les grottes. Avec le chapitre 3 sur la région de Cassis, on part à la recherche d’un continent perdu, tout un programme de reconstitution paléogéographique. Le problème se complique avec les chaînons montagneux à l’est et au nord de Marseille (chapitre 5) où le décryptage tectonique a donné lieu à des confrontations souvent vives entre partisans autochtonistes et nappistes, notamment sur le massif de la Sainte-Baume. L’impressionnant massif de la Sainte-Victoire (chapitre 6) n’est pas seulement un haut lieu de l’impressionnisme, c’est aussi un terrain de controverses dont le guide fait aussi état en rappelant que l’interprétation proposée aujourd’hui n’est pas celle qui avait été avancée dans la 1ère édition. Avec le chapitre 7, on aborde plus spécifiquement les problèmes du Quaternaire avec les systèmes de la Crau et de la Camargue. La Provence dont il est ici fait état est peut-être « sans relief », mais quelle complexité dans la dynamique sédimentaire, les relations avec le littoral, sans oublier l’incidence des inondations sur les activités humaines et l’aménagement du territoire. Après ces excursions en région, cap sur Marseille pour un dernier chapitre (8) qui raconte 250 millions d’années d’histoire géologique. L’ouvrage se termine sur un petit chapitre sur les confusions à éviter entre les traces d’activités humaines et des phénomènes naturels, un glossaire et une table des matières détaillée. La bibliographie est présentée en fin de chaque chapitre.

Au-delà de ces quelques commentaires par chapitre, il faut insister sur la valeur pédagogique du guide : mettre la géologie à la portée du plus grand nombre, qu’ils soient enseignants, étudiants, promeneurs du dimanche ou touristes. Souhaitons à cette nouvelle édition de rencontrer le succès mérité qu’avait initié la première.

La Rédaction

Partenaires

  • Cap Terre
  • AGAP
  • SOFRECO
  • FFAMP
  • TOTAL
  • AGSO
  • Schlumberger
  • Association des Sédimentologistes Français
  • AFPG
  • COFRHIGEO
  • AGBP
  • GéoPlusEnvironnement
  • Société Française de Minéralogie et de Cristallographie
  • SGN
  • AFEQ CNF INQUA
  • ENGIE
  • CFGI
  • Lundin
  • Musée de Minéralogie Mines Paristech
  • GéolVal

Réunions à venir

Publications

  • Géologues
  • Paléobiogéographie
  • Bulletin de la SGF | Earth Sciences Bulletin
  • Géologie de la France
  • Géochronique
  • Mémoire Hors Série
  • Mémoire Nouvelle Série