Un barrage original, le "prince des gruyères, des monts poussés par les Alpes

 

Des barrages, dont un très original (Barrage du Roselend), des vallées de prairies pour le fromage de Beaufort et enfin un plateau chiffonné par la poussée alpine.

On parcourt d'abord la vallée de la Tarentaise dont la houille blanche (l'eau) a fait la richesse par sa production d'électricité et alors l'installation d'usines énergivores.

La vallée principale est une vallée glaciaire, encaissée et très étroite à certains endroits, bordée au nord par les massifs du Beaufortain et du Mont-Blanc, et au sud par la Vanoise et la Lauzière.

Vallée agricole, puis industrielle, elle s'est  tournée  dans  la  deuxième  moitié  du  XIXe siècle vers le tourisme estival, puis thermal et au XXe siècle dans la pratique des sports d'hiver (nombreuses stations de ski). Aujourd'hui la vallée présente la plus grande concentration de domaines skiables étendus au monde (Courchevel, Méribel, Les Ménuires et Val Thorens, Les Arcs, La Plagne, Tignes et Val-d'Isère).

La course se déroule au cœur du massif des Alpes. Partout les couches sont pliées, chiffonnées, mêmes celle constituées de roches très dures. A l'échelle géologique les roches sont comme de la pâte à modeler !

Du Cormet de Roselend, on descend vers le barrage du même nom dont la voute est si particulière.

Un barrage est un ouvrage construit en travers d'un cours d'eau destiné à en réguler le débit et/ou à stocker de l'eau, notamment pour le contrôle des crues, l'irrigation, l'industrie, l'hydroélectricité, la pisciculture, une réserve d'eau potable, etc.

Il existe différents types de barrage selon l'objectif. Pour des barrages hydroélectriques on distingue généralement 2 grands types de barrage : les barrages poids et les barrages voûte.

 

Barrage poids

Un barrage poids est un barrage dont la propre masse suffit à s'opposer à la pression exercée par l'eau. Ce sont des barrages souvent relativement épais, dont la forme est généralement simple.

image108  image109

A gauche : Barrage poids  -  A droite : Barrage-poids évidé : le barrage amont d'Aussois en Savoie

 

Barrage voûte

Dans un barrage voûte, la poussée de l’eau est reportée sur les flancs de la vallée au moyen d'un mur de béton arqué horizontalement, et parfois verticalement (on la qualifie alors de voûte à double courbure).

La technique de barrage-voûte nécessite une vallée plutôt étroite et un bon rocher de fondation. En raison du relativement faible volume de matériaux nécessaires, c'est évidemment une technique très satisfaisante économiquement.

image110  image111

A gauche : Barrage voûte - A droite : Un barrage-voûte : le barrage de Monteynard.

Il existe toute une variété de constructions (Barrage à contreforts ou multivoûtes … )

image112  image113

Barrage à contreforts : le mur du barrage est conforté par tout un ensemble de structures, en contrefort

 

Le barrage de Roselend

Il présente une singularité, car il associe différents types de structures: Il s'agit d'un barrage voute à contreforts pour la plus grande partie, mais une partie du barrage est une voûte tournée de 90° !!

114

Vue générale du barrage de Roselend : des contreforts soutiennent le mur principal. Au loin (flèche jaune) se voit une structure très différente.

 

Pourquoi cette particularité ? A cause d'une gorge profonde localisée.

 115  image116

Coupe topographique le long du barrage : la gorge posait un problème particulier pour la structure à contreforts.

 

Comment faire un barrage avec ce profil de promontoire et de gorge profonde ?

Ouvrage d’art conçu et calculé comme un Viaduc pour appuyer les contreforts sur la voûte !

image117  image118

A gauche : Détail de la voûte, orientée de telle sorte qu'elle permet une décharge sur une plus grande hauteur

A droite : Maquette du barrage de Roselend, montrant bien la structure particulière de sa base (à cause du "coup de scie" de la topographie basale

 

Des schistes et argiles, pour des vaches, pour du Beaufort, le "Prince des Gruyères" selon Brillat-Savarin

Du lac de Roselend, descente vers Beaufort et ses grasses prairies qui permettent le fromage. Il est aujourd'hui un des représentants de la cuisine savoyarde : de la fondue savoyarde.

image119

Montée des Saisies, en bas de la descente du col des Saisies. On retrouve les chaînes calcaires des Préalpes. La structure, ici encore, montre bien qu'elles sont plissées car poussées par les Alpes.

120

Les sommets des plis sont soulignés par un pointillé jaune et la course par un trait rouge.

 

image121