Les cycles astronomiques dans les couches, un étalon international de temps, des roches pour filtres alimentaires

Les couches forment comme des code-barres qui témoignent des cycles astronomiques des mouvements de la Terre autour du Soleil. Certaines sont d'ailleurs des étalons internationaux de l'échelle des temps géologiques. Des roches enfin servent de filtres alimentaires ou pour la pâte dentifrice.

Veynes (un peu avant Veynes, sur le droite) : les belles alternances de couches laissent deviner la structure.

27   28

Les couches du Jurassique (Sequan., Kimm, Tith.) chevauchent celles, plus récentes, du Crétacé (Berriasien), attestant que toute cette masse a été poussée vers l'ouest (gauche de la figure)

A Serres, le cours du Buech franchit dans une cluse étroite une forte barre de calcaire du Jurassique (Tithonien) qui se voit d'autant mieux que les terrains plus récents, du Crétacé (Albien-Aptien), sont constitués de marnes, bien plus tendres.

Juste après Serres : on refranchit cette même barre de calcaire dur du Jurassique (avant Montclus) pour retrouver ensuite les mêmes marnes crétacées.

La traversée des Baronnies, où l'on circule, est marquée par des alternances bien rythmées de couches de marnes et de calcaire.

Rythmées comme des code-barres elles traduisent les mouvements astronomiques de la Terre autour du soleil !

29

Alternance régulière des couches : 1 banc calcaire + 1 banc de marne = 20 000 ans. Et ces couches sont en outre associées par paquets de 5 : 100 000 ans

Ces couches sont connues dans le monde entier, pour 2 raisons :

  • leur régularité correspond à des variations parfaitement périodiques du climat liées à la rotation de la Terre sur elle-même et autour du Soleil. Avec des cycles de 20 000 (précession), 40 000 (obliquité) et 100 000 ans (excentricité), les variations de climat sont certes de très faibles variations, mais enregistrées dans les couches !

30

  • ces couches sont riches en fossiles d'ammonites qui ont permis de positionner finement la limite entre 2 étages de l'échelle internationale des temps géologiques (limite entre le Valanginien et l'Hauterivien). L'endroit où cela a été défini est devenu un site étalon reconnu par les scientifiques du monde entier. Il a donc été aménagé et protégé.

 

image33 image34 

Aménagement et explications du site étalon de La Charce (Drôme). © Jipaipai / cc-by-sa-4.0)

Vallée du Rhône

A partir de Nyons on arrive dans le bassin tertiaire de Valréas, qui marque la Vallée du Rhône que l'on traverse vers Montélimar (on parlera du séisme de Le Teil en 2019 demain ? ou ce jour ? cf avec la journée de demain)

On remonte la bordure est du Massif Central en contournant un important massif de coulées de basaltes : le Coiron. Dans le cratère de l'un de ces volcans s'était installé un lac qui nous a laissé une roche très particulière : la diatomite.

Une roche à tout faire : la diatomite

Dans le lac vivaient de petites algues, dont le squelette est de la dentelle en silice. L'accumulation des squelettes donne une roche légère, blanche, poreuse. La silice est neutre, cette roche est donc parfaite pour filtrer des produits alimentaires : le vin, la bière, etc.

image35

La diatomite sert de filtre à de nombreux liquides alimentaires. © Len Rizzi [Public domain]

Les italiens utilisaient des "briques légères" (de la diatomite) pour isoler les "saintes- barbes1", endroits où l'on entreposait la poudre sur les bateaux. Ils étaient tellement jaloux de leur prérogative d'en posséder qu'ils en interdisaient l'exportation. Le roi Louis XV ordonna donc que l'on recherche ce matériau stratégique en France, et c'est à Faujas de St-Fonds, géologue au Jardin du Roi (qui deviendra Muséum National d'Histoire Naturelle) que revient la charge d'identifier des sites en France. Il en découvre vers 1770 : le gisement de Rochesauve dans le massif des Coirons (Ardèche) lequel est encore aujourd'hui un centre de production de briques de diatomites.

 

image36   image37 

Gauche : Insecte conservé dans une diatomite d'Ardèche. La finesse de la conservation des ailes depuis 7,5 millions d'années 2,5 cm de long , Miocène; Montagne d'Andance, Saint-Bauzile, Privas, France coll. © Gaëlle Doitteau (CC BY 4.0)

Droite : Coque d'une algue photosynthétique siliceuse : diatomée. Photo au microscope électronique à balayage. La plus grande dimension est de l'ordre de 0,1 mm. Une diatomite contient près de 3 000 coquilles de diatomées / mm3. ©P. Dumitrica.

 

La porosité de la roche, sa capacité d'absorption et d'abrasion, sa neutralité chimique lui valent de nombreuses applications (industrie, cosmétique, …).

fine porosité + neutralité chimique de la silice = filtre de liquides alimentaires (bières, vins, huiles …), eaux de piscine, eaux industrielles, sang humain, …

Elle est également utilisée comme charge dans des peintures, cires, vernis, laques, résines, caoutchouc, papiers à cigarette, encres, produits pour empreintes dentaires, …

abrasif, produits à polir : tripoli, pâte, savons minéraux, polissage du bois, de l'écaille, des métaux (nettoyage du cuivre, de l'inox et de l'argenterie) et notamment dans les dentifrices. La porosité = bon absorbant chimique, agent de nettoyage sur des sols, comme réservoir

: les bâtons de dynamite par exemple sont des cylindres de diatomite imbibée de TNT Insecticide naturel.

image38  image39  image40

L'efficacité abrasive de la pâte dentifrice résulte de son contenu en diatomite.© B.Gonzalez.

Diatomite- La diatomite en poudre est utilisée comme insecticide. Contrairement à beaucoup de biocides, elle est chimiquement neutre. © D.R.

Bâton de dynamite. pour le transport sa stabilité est obtenue en stockant le TNT dans une roche poreuse, la diatomite.

 

La légèreté = constructions architecturales osées : l'énorme dôme de la cathédrale Sainte-Sophie à Istanbul a été possible car la roche est légère.

image41

Dôme en diatomite de Sainte-Sophie. La taille importante du dôme de Sainte-Sophie (Istanbul, Turquie) requérait une pierre très légère : la diatomite. © G. Piolle / CC-BY-3.0