Des sirènes, un vélodrome, des pénitents, une barrière naturelle

L’étape du jour offre une variété de curiosités dont plusieurs uniques au monde : des sirènes fossiles vers Castellane, une catacombe du Jurassique exhumée à Digne-les -Bains et un vélodrome naturel à proximité, un défilé de pénitents pétrifiés en rejoignant la vallée de la Durance et enfin, une barre rocheuse qui sépare le Dauphiné de la Provence.

Barème : un étalon de temps

Digne : 1er Géoparc au monde (UNESCO)

 

Castellane

Copenhague possède sa petite sirène. Notre pays aussi possède ses sirènes.

A 8 km de Castellane, sur le route qui mène vers Digne-les-Bains, près du col de Lèques se trouve un troupeau de sirènes qui sont là depuis … 40 millions d'années !

On peut voir leurs os derrière une vitre. Ces os, coquetterie de sirènes, sont roses !

 

5     6

Ravin de Tabori , vue générale du site. Une vitrine protège les os, en pleine nature © RNN GHP

Site unique au monde, les sédiments dans lesquels ces os sont conservés ont été bousculés quand les Alpes se sont élevées, et les couches qui les renferment sont aujourd’hui presque à la verticale.

Siréniens = mammifères marins appelés (= vaches marines), se nourrissent d’algues et de plantes aquatiques. Ces siréniens vivaient principalement près des côtes dans les régions chaudes. Ancêtres des lamantins et des dugongs (leur seul nom rappelle bien moins l'élégance).

7    8

Des os de siréniens du ravin de Tabori. La photo de gauche montre plusieurs côtes, celle de droite montre trois côtes et une vertèbre. © RNNGHP

9

Siréniens au musée de la Maison Nature et Patrimoine de Castellane. Le squelette, en blanc et une reconstitution © Alpes de Haute Provence / CC BY 2.0)

 

Digne-les -Bains : une catacombe du Jurassique exhumée

La région de Digne-les-Bains est très riche en objets géologiques remarquables une Réserve nationale y est créée très tôt, dès 1984, et la création du premier géoparc au monde. D'abord de valeur européenne puis de valeur mondiale quand ce label a été reconnu par l'UNESCO.

Un intérêt mis en lumière par l'intérêt des japonais.

En effet les japonais ont essayé de faire l'acquisition de cette dalle pour la découper et l'emmener chez eux et de construire un musée autour. Leur demande a souligné son intérêt international.

Finalement il a été proposé aux nippons d'acheter un moulage de la dalle, ce qui a été fait puis exposé à Kamaishi dans un musée construit à cet effet. Cette relation explique que Digne- les-Bains est jumelée avec cette ville du Japon

Une couche inclinée montre sur plus de 300 m² plus de 1550 ammonites qui vivaient il y a 200 millions d'années. Cette dalle est unique au monde.

10   11

Vue générale de La dalle à ammonites de Dignes-les-bains © Zarmel, CC BY SA

 

Détail des ammonites de la dalle (largeur de la photo : 1 mètre) © Zarle, CCBY SA

Puisque l'on parle vélo : dans cette région, un peu au nord de Digne-les bains se trouve le Vélodrome de Haute Provence

Il s'agit d'une structure naturelle formée par les couches géologiques qui font ressembler le paysage à un vélodrome

Dans la vallée du Bès, à mi-chemin entre Digne-les-Bains et Barles, au niveau de la clue du Pérouré un sentier permet de monter au vieux village d'Esclangon. De là un sentier s’élève vers le haut de la colline du Serre. La vue vers l’ouest offre un des plus beaux panoramas géologiques des Alpes : le Vélodrome d’Esclangon.

12

Le vélodrome vu de la Serre de l'Esclangon. vers le tiers gauche et haut) se voit la Lame de Facibelle, de la photo suivant © M. Guiomar.

La Lame de Facibelle, une couche redressée © D.R.

Ce vélodrome nous offre une autre particularité : une sorte de très haut mur appelé la Lame de Facibelle. En fait, ce voile de roche de 50 m de haut qui semble surgir de la forêt, est l'une des couches verticalisées. La roche, plus résistante que ses voisines, semble vouloir affronter les injures de l'érosion et les vibrations des séismes.

Juste avant de retrouver la grande vallée de la Durance, que l'on remontrera vers le nord, se voit sur la gauche un cortège de pénitents.

 

Les Pénitents des Mées

Un défilé de pénitents encapuchonnés, des moines d'une taille gigantesque, au sens vrai du terme.

 

13

Les village des Mées (à droite) et sa curieuse formation rocheuse : les Pénitents, vue de la vallée de la Durance, en regardant vers l'Est © C. Pinatel de Salvator, CC-BY-SA 3.0

 

La légende : vers l'an 800 des moines devaient escorter des jeunes filles que le comte Raimbaud avait ramenées prisonnières de croisade. Mais il dut se résoudre à relâcher ses prisonnières et à les conduire à dans un monastère près d’Arles. Le capuchon devait empêcher les moines de les voir, mais le diable … Ils virent de délicieux spectacles. Péché de concupiscence ! Le châtiment fut exemplaire : ils furent pétrifiés.

 

14     15

Les Pénitents, au-dessus du village des Mées © P. De Wever

  Les Pénitents vus depuis le village. On devine le danger que sont ces blocs pour le village. © Szeder László / CC BY-SA 4.0

 

 

16

En décembre 2019, un des pénitents de 3000 m3 s'est effondré sur le village, détruisant complètement 3 maisons, en abimant 2 autres et blessant 2 personnes.

 

Les roches qui constituent cette falaise sont le produit de l'érosion des Alpes (un conglomérat).

Des blocs ont été arrachés et emmenés par les eaux. Ils ont été mélangés, roulés si bien que, à force de se faire rouler ils se sont mis en boule et ont pris la forme de galets. L'ensemble s'est déposé dans une mer qui s'étendait au pied des reliefs, il y a quelques 10 millions d'années ’jusqu’à il y a 3 millions d'années ; ces blocs, accumulés sur près de 800 m d'épaisseur, constituent aujourd'hui la Plateau de Valensole.

Un tel relief, avec des roches identiques, formées dans les mêmes conditions est connu ailleurs : les Météores en Grèce du Nord.

 

17   18

Les pénitents des Mées © P. de Wever

 

Les rochers de Météores, Thessalie, Grèce © Kaspar, CC BY-SA 4.0)

 

 

Sisteron : sa barre rocheuse sépare le Dauphiné de la Provence

Il est donc logique que ce lieu de passage privilégié soit gardé par une forteresse stratégique depuis, au moins, la Renaissance.

La situation particulière de Sisteron est due à une imposante barre rocheuse incisée par la Durance. L'incision détermine une clue (terme provençal pour une cluse, du latin clausus = fermé).

La puissante barre qui constitue une barrière physique et climatique est constituée d'un calcaire très dur qui s'est déposé dans une mer à la fin du Jurassique (Tithonien), il y a 150 millions d'années. La rivière sépare d'un côté le Rocher de la Baume, crête élevée, inhabitée, et de l'autre le rocher, moins impressionnant et défendu par une citadelle sur ce verrou stratégique. (Flèche Nord)

 

19

Dauphiné à gauche , Provence à droite

   

A gauche : La barre calcaire vue du sud-ouest, interrompue par la Durance. Photo de GoogleEarth, l'échelle est donnée en bas à droite : 200m

A droite : la barre calcaire, vue de l'ouest, montre bien sa continuité de part et d'autre de la Durance , Photo de GoogleEarth, l'échelle est donnée en bas à droite : 700m

   

 

 

20     21

Le Rocher de la Baume, © J-C. Benoist CC BY 3.0) et le dessin détaillé de sa structuration interne qui atteste que l'histoire de la mise en place s'est effectuée en plusieurs phases, le basculement vers le sud étant le dernier mouvement.