Risques sismiques

Du fait du rapprochement de la plaque Afrique de celle de l'Europe (vitesse de 4 à 7 mm/an), surtout marqué par la montée de l'Italie vers le nord-ouest, la région est soumise à des séismes.

Les Alpes-Maritimes sont parmi les zones les plus sismiques de la chaîne des Alpes. La sismicité est principalement concentrée sur le flanc nord du massif du Mercantour.

1   2

Zones concernées par les séismes

Les séismes se produisent à terre ou en mer. Ces derniers peuvent conduire à des raz-de- marée (les médias semblent préférer dire tsunami). A l’exception de l’événement de 1979 (vague associée à un glissement sous-marin près de l’aéroport), les raz de marée sont faibles.

 

Langage impropre

On entend souvent le mot épicentre, pour signifier le centre, le foyer, le centre de gravité, le barycentre … en fait ce mot est impropre car l'épicentre est le point à la surface du globe le plus proche du foyer, du lieu du séisme (l'hypocentre). Ce n'est pas le point d'origine. Foyer est plus approprié.

 

Les derniers séismes fortement ressentis par la population datent de 1989 et 1995.

L’intervalle de temps moyen qui sépare deux séismes de magnitude supérieure à 4,0 est d’environ 3 ans. Des séismes de faible magnitude se produisent donc de façon quasi continuelle dans la région.

 

Le glissement sous-marin de l’aéroport de Nice (1979)

Il n'est pas forcément lié à un séisme

Le 16 octobre 1979, à 13 h 54, la mer se retire brusquement de plusieurs mètres sur une portion de côte de 60 km environ, entre Cannes et Menton. Ce retrait est suivi à 13 h 58 par l’effondrement sous la mer d’une partie du chantier du nouveau aéroport de Nice, emportant les personnes présentes au moment de l’accident et le matériel situé sur la digue en construction. A 14 h 02, le niveau de la mer remonte et provoque des dégâts, notamment à Antibes.

La vague la plus importante dépasse 3 m de hauteur au port de la Salis, à 2 km au sud d’Antibes. Ce n’est qu’à minuit que le niveau de la mer redevient normal.

Ce glissement a mobilisé 100 millions de m3 de sédiments le long de son parcours. Ce matériel, en glissant vers la plaine abyssale, suivit le trajet du canyon du Var et provoqua la rupture de deux câbles de téléphones sous-marins