• Souvenirs d’Ami Boué

Les raisons de se lancer dans une thèse de doctorat sont multiples et bien souvent personnelles mais on peut envisager les motivations suivantes :

  • Pour réaliser un parcours académique complet et maîtriser des méthodes de recherche. En effet, après le grade de Master, le Doctorat est à la fois le diplôme et le grade universitaire le plus élevé. C’est un des diplômes de référence le plus prestigieux dans le monde (PhD). Les études doctorales permettent d’approfondir des savoirs et d’acquérir une expertise des méthodes de recherche. Les années de doctorat sont aussi l’occasion d’enrichir et de diversifier ses compétences, qu’il s’agisse de savoir-faire ou de savoir-être.
  • Pour se confronter à une problématique complexe. La principale motivation en recherche est souvent le désir de comprendre, de lever un doute ou de résoudre un problème. Les doctorants sont des spécialistes de l'innovation car il n'est pas envisageable de soutenir une thèse qui n'apporterait rien de nouveau. Quel que soit son parcours, un docteur est d'abord une personne qui a su formuler des questions, poser des hypothèses, surmonter des difficultés, être autonome tout en sachant travailler en équipe et fait avancer le front des connaissances, que celles-ci soient fondamentales ou appliquées.
  • Pour devenir chercheur et débuter une carrière universitaire. Les études doctorales offrent un cadre institutionnel et scientifique unique pour la formation à la recherche par la recherche. Le doctorat est le diplôme requis pour passer les concours d’entrée de presque tous les organismes de recherche nationaux et internationaux. C’est aussi le grade nécessaire pour être qualifié par le Conseil National des Universités (http://www.cpcnu.fr/listes-des-sections-cnu) et pouvoir ainsi se présenter aux concours de recrutement de Maître de Conférences en France.
  • Pour poursuivre une carrière à haute responsabilité dans la recherche privée. De plus en plus d’entreprises françaises embauchent des docteurs dans leurs services de R&D (même si dans le secteur privé, il est rare de faire de la recherche tout au long de sa carrière) mais aussi pour occuper des postes à responsabilités hors recherche. Si les grands groupes ont depuis longtemps ouvert leur recrutement à des docteurs, les PMI/PME le font de plus en plus pour peu que les candidats-docteurs n’aient pas consacré leurs années de recherche uniquement à la création de savoir mais aussi à la création de valeurs (mise au point de produits et de services permettant de créer des emplois).

En conclusion, la réalisation d’une thèse constitue une première expérience professionnelle et doit être présentée et valorisée comme telle. S’il s’agit d’un passage obligé pour réaliser une carrière dans la recherche publique, c’est aussi cette expérience et la capacité de mener à bien un projet complexe sur lesquelles doit s’appuyer un docteur pour son insertion dans le milieu industriel, au-delà même du sujet qui a été traité.

 

Où faire une thèse de Doctorat en Géosciences en France ?

La formation doctorale relève des écoles doctorales (ED http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000267752) qui sont accréditées par le MESR pour une durée limitée, principalement de 5 ans dans le cadre des contrats pluriannuels. Chaque ED est rattachée à une université ou à un établissement support habilité à délivrer le doctorat pour le champ disciplinaire de l’ED. D’autres établissements peuvent être co-accrédités ou associés dans l’ED.

Début 2014, il existe 24 ED en France qui comptent des doctorants en géosciences. Ces ED se répartissent en 4 groupes : celles exclusivement en géosciences (4), celles où les géosciences sont intégrées à l’environnement (7), celles où les géosciences sont associées à d’autres Sciences, y compris celles pour l’ingénieur (7) et celles où les géosciences sont une des disciplines dans une ED pluridisciplinaire, généralement de site (6). Une liste, classée par n° de création par le MESR, postée sur le site Société Géologique de France, rubrique Métiers et Formations, donne quelques informations sur ces ED.

 

Comment faire un doctorat en Géosciences en France ?

Un doctorat repose sur un projet de recherche innovant qui doit permettre au candidat de devenir en trois ans un expert international dans sa thématique scientifique, et d'acquérir des compétences diversifiées, tant techniques et organisationnelles que relationnelles. Les équipes et laboratoires de recherche ont généralement la responsabilité de l'élaboration du projet de recherche doctorale. Celui-ci est le plus souvent rédigé par le futur directeur de thèse, personne qui a obtenu le diplôme d’habilitation à diriger les recherches.

La plupart des écoles doctorales diffusent ces propositions de sujet de thèses sur le web et organisent une sélection des candidats qui peuvent passer un ou plusieurs entretien(s) : tout d’abord, avec le directeur de thèse et selon le type de financement qui accompagne le projet, les candidats peuvent avoir à en passer un autre devant le jury de l’école doctorale. Les candidats à un doctorat doivent donc être attentifs à la publication des sujets de thèses par les ED, aux modalités et aux calendriers pour poser leur candidature.

Comme tout travail, celui du doctorant doit être rémunéré et il est de la responsabilité des structures qui recrutent des doctorants (laboratoires et écoles doctorales) de prévoir un salaire associé au projet de recherche doctorale. La source et le montant du salaire peuvent varier selon le type de contrat de travail. Les financements d’Etat donnent généralement lieu à la signature de contrats doctoraux (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552499&dateTexte=&categorieLien=id) dont le montant brut mensuel minimum est ~1 700 €. Les conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp) sont des CDD de droit privé de 3 ans entre le doctorant et l’entreprise avec un cofinancement par l’État à travers l’ANRT. Le montage d’une CIFRE se fait entre 3 partenaires : une entreprise (mais ce peut aussi être une association ou une collectivité territoriale), un laboratoire de recherche et un doctorant. Le salaire brut mensuel minimum est ~ 2 000 €. En 2012, 27 contrats concernaient les Sciences de la Terre. Certains doctorants étrangers peuvent bénéficier d’un contrat de thèse financé par le gouvernement français par l’intermédiaire de CampusFrance (http://www.campusfrance.org/fr/page/financer-son-doctorat). D’autres informations sur des financements plus spécifiques, sont disponibles sur le site de l’ANDèS avec son guide en ligne des financements de la recherche : http://financements.andes.asso.fr/

 

Pour quel parcours professionnel post-doctoral ?

Le taux d’emploi des docteurs trois ans après leur soutenance  est de 90 % –toutes disciplines confondues– à comparer aux 88 % avec des diplômés de Master et 95 % avec un diplôme d’ingénieur.  En Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), 52 % des docteurs ont poursuivi leur carrière par un CDD en France ou à l’étranger (ce que l’on appelle encore le « post-doc ») avant de décrocher un CDI. Pour les SVT 55 % des docteurs employés le sont dans le secteur public. En 2011, 60 postes d’enseignant-chercheurs étaient ouverts en Sciences de la Terre et environ 40 postes de chercheurs (CNRS, IRD, …). Tous ces recrutements ont concerné des docteurs ayant effectué un post-doc pendant 2 ans ou plus. Les docteurs ayant réalisé leur thèse grâce à une convention CIFRE sont 80 % à être embauchés en entreprise (grande ou PME) … souvent celle au sein de laquelle ils ont conduit leur projet doctoral.  On estime à 3000 les chercheurs en ST-Environnement travaillant dans le privé, dont 13 % sont titulaires d’un doctorat (soient 390) et 54 % d’un diplôme d’ingénieur. Ces chiffres sont extraits de «L’Etat de l'emploi scientifique en France" (DGESIP/DGRI).