360 F 30048671 zo6yATKHPV2qPQxEoqfbtDsRVpj9UNlK

facebooklinkedintwitter youtube
  • Actualités

    Actualités

Les pierres qui poussent ou pierres vivantes de Roumanie : de quoi s’agit-il en réalité ?

Le mystère des "pierres qui poussent" sur internet

Depuis quelques années ont fleuri de manière explosive sur internet des informations, des blogs,  des forums à propos d’un phénomène qualifié d’extraordinaire qui se produirait en divers lieux de Roumanie. Merveilles d’une nature mystérieuse, des pierres nommées trovants auraient ainsi le pouvoir de croître, de se multiplier et même de se déplacer. Plus qu’une légende alimentée par les habitants, il s’agirait d’un fait vérifiable puisque ces pierres sont visibles dans des lieux aisément accessibles aux touristes et aux randonneurs. Il est possible que la création en 2005 d’un musée à l’air libre, unique en Roumanie et en Europe [1], et une exposition au Muséum National d’Histoire Naturelle de Bucarest [2] consacrées à ces pierres aient contribué à enflammer la toile. Cependant, la multiplication extraordinaire de ces sites internet, dont certains font la part belle aux phénomènes prétendus paranormaux, reprenant le plus souvent sans recul les mêmes propos dans toutes les langues, contribue à entretenir pour le grand public une vision altérée et irrationnelle d’objets et phénomènes géologiques certes spectaculaires, mais finalement déjà bien connus scientifiquement. Le spectaculaire est dans ces cas là assimilé à l’extraordinaire.

Des investigations sur différents sites géologiques où peuvent s’observer les pierres en question nous ont permis d’en savoir plus. Mais de quoi parle-t-on en fait ?

 

De spectaculaires concrétions

Connues depuis très longtemps, des couches à concrétions de grande taille parsèment la Roumanie dans des formations d’âges variés, de l’Eocène au Pliocène. Concernant l’Olténie, et plus particulièrement un secteur se situant dans les sous-Carpathes occidentales, Murgoci a utilisé pour la première fois en 1907 sans vraiment le définir le mot roumain de « trovanţi » (« trovant » au singulier) pour désigner des blocs indurés au sein d’une sédimentation plus meuble [3]. Ce terme, qui pourrait provenir de l’italien « trovànte » [4], a ensuite été repris pour décrire en Roumanie des concrétions clairement dégagées du sédiment encaissant. Il est à remarquer que dans une note antérieure en  anglais, Murgoci avait employé le terme plus spécifique de concrétion pour les mêmes objets [5].

Les trovanţi sont de taille très variable, de centimétrique à métrique. Ce sont surtout les formes des grosses concrétions qui retiennent l’attention et suscitent l’étonnement, même pour des géologues avertis. Ainsi, tous les aspects définis pour caractériser classiquement des concrétions sont représentés, mais avec des proportions importantes. Les trovanţi sont toujours de forme arrondie avec une très grande variété de déclinaisons: sphérique, hémisphérique, ellipsoide, globuleuse, allongée horizontalement, en boudins, en miches, à sommet ou base plats, en soucoupe évoquant les   fameuses « soucoupes volantes »... Les concrétions forment parfois des lentilles étendues au sein d’un banc bien défini. Elles peuvent être soudées et réunies en agrégats complexes, évoquant dans certains cas des sculptures qui ne seraient par reniées dans le cadre de l’art contemporain. Certains ont suggéré à ce sujet cette influence dans les œuvres de l’artiste Brancuşi. Par ailleurs, certaines concrétions montrent en surface des boursouflures et pustules qui semblent avoir nourri la légende des excroissances surnaturelles. Enfin un certain nombre de concrétions sont nettement caractérisées par un des lignes de croissance concentriques.

 

Figure 1 – Vue générale du musée en plein air des trovanţi à Costeşti avec en premier plan les concrétions éparses et dans l’affleurement les concrétions encore dans le sédiment encaissant (flèche).

 

Figure 2 – Quelques aspects des trovanţi de Costeşti.

Le site à trovanţi le plus connu est celui de Costeşti en Olténie où la Réserve Naturelle du Musée des Trovanţi [1] permet une visite en plein air dans un espace aménagé. Les concrétions y sont intégrées dans  des  sédiments détritiques du Miocène supérieur relevant  d’un système  deltaïque. De nombreux blocs sont visibles encore in situ sur l’affleurement tandis que les concrétions dégagées par l’érosion et l’exploitation du sable sont répartis ça et là. Cependant, dans la campagne environnante, d’autres endroits produisent des trovanţi qui peuvent être transportés d’ailleurs par les cours d’eau. Les célèbres habitations bourgeoises fortifiées de Culele de la Măldăreşti dans les environs proches en présentent un certain nombre disposés dans les jardins de manière ornementale.

 

Figure 3 - Des trovanţi comme ornements dans les jardins de Culele de la Măldăreşti.

Une autre région renferme en abondance des concrétions semblables. C’est le cas de la région de Buzau, dans les Sous-Carpathes orientales, dans diverses localités, dont surtout le secteur Ulmet- Bozioru, dans des couches également datées du Miocène supérieur. On peut considérer ces affleurements comme encore plus spectaculaires car les concrétons y sont observables en majorité au sein du sédiment encaissant dans un cadre sédimentaire plus lisible. Les mêmes morphologies surprenantes sont développées intégrant les stratifications obliques qui caractérisent ces niveaux.

 

Figure 4 – La couche à trovanţi du secteur Ulmet-Bozioru.

Figure 5 - Quelques trovanţi du secteur Ulmet-Bozioru.

Mais on connaît des trovanţi dans d’autres régions (voir liste sans doute non exhaustive avec des liens pour le détail de chaque zone indiquée [6]).

Finalement, bien connues sur l’ensemble du territoire roumain, les concrétions ont largement été utilisées par les habitants comme objets d’ornements le long des routes, des chemins ou à l’intérieur des propriétés.

 

Figure 6 - Des trovanţi au hasard des routes en Roumanie.

Un florilège des idées délirantes véhiculées sur internet

Internet démultipliant des informations ou pseudo-révélations à l’infini, on peut ainsi relever abondamment d’un site à l’autre les mêmes propos, parfois au mot près, avec les mêmes illustrations. Voici quelques morceaux choisis de cette littérature (voir par exemple en français [7,8] parmi les innombrables sites repérables sur internet) :

  • Les autochtones appellent les pierres des « trovanţi ». En fait les autochtones ignoraient en général ce terme issu d’un travail scientifique spécialisé. Ainsi, une discussion avec un berger fréquentant journellement une zone à concrétions révèle que ce sont « les messieurs de Bucarest » qui dénomment ces pierres trovanţi (en suivant donc Murgoci) ou éventuellement babele (les vieilles femmes).
  • Ces pierres sont capables de grossir et de se multiplier. Elles peuvent êtres sectionnées mais finissent toujours par s’arrondir. Lorsqu’il pleut elles se mettent à grossir comme si elles étaient vivantes : 30 ou 40 minutes après une pluie, le sable humide commence à présenter de nouveaux petits éléments en formation. Un trovant de quelques grammes peut devenir gigantesque et atteindre près d’une tonne. A la surface de ces pierres apparaissent des petites boursouflures qui se cassent et tombant à terre se multiplient. Ce sont les pierres jeunes qui grandissent le plus vite et avec l’âge cette particularité tend à s’atténuer. Les trovanţi représenteraient une forme intermédiaire entre le minéral et le végétal. Il est vraiment très difficile de déterminer quelle est l’origine exacte de toutes ces fables, la littérature ancienne ou récente n’apportant aucun élément de ce type sur ces pierres dites mystérieuses. Il est intéressant de noter qu’un même site internet peut reporter des informations correctes, émanant notamment des documents du Parc Naturel et du Musée des trovanţi ou de propos de géologues roumains, et poursuivre dans ce type de délire mystico-paranormal.
  • Comme les fameux rochers de la Vallée de la Mort en Californie, les trovanţi se déplacent souvent d'un endroit à l'autre. Cette assertion fait évidemment référence à un autre phénomène géologique apparemment intriguant, celui des pierres qui bougent qui a sans doute également bien agité le monde du paranormal sur internet. Plusieurs articles scientifiques récents ont abordé cette question et apporté des éléments intéressants de compréhension [9,10]. Cela n’a évidemment rien à voir avec les trovanţi de Roumanie qui ont souvent pu rouler le long des pentes lorsqu’ils étaient entièrement dégagés par l’érosion ou qui ont été dans certains cas déplacés, réunis, voire carrément mis en scène, comme c’est le cas pour le Musée des trovanţi à Costeşti.
  • Les trovanţi sont des phénomènes géologiques qui consistent en formes sphériques de sable cimenté, apparues en raison d'une puissante activité sismique. Les tremblements de terre qui ont conduit à la création des premiers trovanţi sont supposés s'être produits il y a 6 millions d'années. Cette idée en apparence plus sérieuse, néanmoins passablement étonnante, est analysée ci-dessous.

Des informations scientifiques correctes, mais pratiquement uniquement en langue roumaine, sont cependant disponibles sur internet, [1,6,11], y compris sur le cadre géologique [12].

 

Sur les processus de formation des concrétions géantes

Une interrogation légitime se pose sur les processus qui aboutissent à la formation de ces objets si spectaculaires. Une explication avancée spécifiquement pour les trovanţi de Roumanie a été proposée par une communication au Congrès Géologique International d’Oslo [2,4,13], et enfin invoquée sans discussion dans un certains nombre de sites internet. Selon les auteurs de cette hypothèse, le terme de concrétions serait inapproprié pour ces objets qui résulteraient en fait de chocs sismiques ayant eu  pour effet un réarrangement des fluides et engendré les morphologies sphériques observées. Plus, de nombreuses concrétions dans le monde résulteraient des chocs occasionnés par l’impact d’astéroïdes sur Terre. Une observation raisonnée des concrétions de Roumanie, notamment à la lueur de l’abondante littérature sur les séismites, amènent à écarter de telles assertions jamais basées sur des arguments tangibles. Plus généralement, des travaux scientifiques, certains récents, ont été consacrés aux nombreuses concrétions géantes relevées à travers le monde pour des âges géologiques et des environnements de dépôts très variés. Dans tous les cas une conjonction de facteurs impliquant les phénomènes de pression, de circulations, de concentrations en carbonates, de nucléations est invoquée [14 à 19].

 

En guise de conclusion un phénomène unique, cependant observable partout dans le monde entier, mais aussi en France !

On peut se demander pourquoi les concrétions de Roumanie ont focalisé autant l’attention et égaré tant de monde alors que de tels objets géologiques abondent sur le globe, de manière tout aussi spectaculaire. Un recensement, sans doute incomplet, mais instructif, en a été dressé sur un site bienvenu [20]. Plus encore, on peut aussi contempler des concrétions de type trovanţi en France et des études géologiques en font état [21 à 24]. Mais un sérieux problème demeure quant à la large diffusion sur internet d’informations et d’interprétations erronées. Cela a été souligné il y a quelques temps dans la revue Science à propos de concrétions similaires de Bosnie qui ont amené à des considérations délirantes malheureusement reprises par des autorités politiques.

Ainsi, comme il ressort de cette revue succincte il n’est guère question de mystère pour nos trovanţi de Roumanie mais de superbes objets naturels qui constituent aujourd’hui des jalons d’un tourisme géologique particulier à la Roumanie qui n’est pas avare de ce type de patrimoine naturel [25].

 

Sources

[1] http://www.trovanti.ro/trovanti-ro

[2] Tiţa R., 2002. The microexhibition of trovants from Costesti (Romania) at "Grigore Antipa" National Museum of Natural History (Bucharest), Travaux du Muséum National d'Histoire Naturelle Grigore Antipa, XLIV, 493-496.

[3] Murgoci G.M., 1907. Terţiarul din Oltenia cu privire la sare, petrol si ape naturale. An. Inst. Geol Rom., Bucureşti, I (1), 128 p.

[4] Ţicleanu M., 2011. The trovants in Romania., 12th Annual NECLIME Meeting, Bucharest 2011, Anuarul Institutului Geologic Al României 77, Special Issue, Guide of excursion, 50-55.

[5] Murgoci G.M., 1905. Tertiary formations of Oltenia with regard to salt, petroleum, and mineral springs. The Journal of Geology, 13 (8), 670-712.

[6] https://sites.google.com/site/romanianatura1/home/relief-romania-muntii-carpati/diverse-natura-din-romania/trovanti-in-romania

[7] http://openyoureyes.over-blog.ch/article-des-pierres-qui-poussent-un-incroyable-phenomene-geologique-article-vidz-105550825.html

[8] http://bistrobarblog.blogspot.fr/2012/05/un-phenomene-geologique-curieux.html

[9] Lorenz R., Jackson B., Barnes J., Spitale J., Keller J., 2011. Ice rafts not sails: Floating the rocks at Racetrack Playa. Am. J. Phys. 79 (1), 37-42.

[10] Norris R.D., Norris J.M., Lorenz R.D., Ray J., Jackson B., 2014. Sliding Rocks on Racetrack Playa, Death Valley National Park: First Observation of Rocks in Motion. PLoS ONE 9 (8), 1-11.

[11] http://ro.wikipedia.org/wiki/Trovant.

[12] http://www.trovanti.ro/formarea-trovantilor-ro

[13] Ţicleanu M., Pantea A., Constantin A., Ţicleanu N., Nicolescu R., 2008. Hypothesis on the paleodynamic (paleoseismic) origin of the trovants ("Sandsteinkonkretionen"). 33rd IGC,  Oslo 2008, Abstracts, 1 p.

[14] Abdel-Wahab A., McBride E.F., 2001. Origin of giant calcite cemented concretions, temple member, Qasr El Sagha Formation. (Eocene), Faiyum depression, Egypt. J. Sediment. Res., 71, 70- 81.

[15] García-García F., Marfil R., De Gea G. A., Delgado A., Kobstädt A., Santos A., Mayoral E., 2013. Reworked marine sandstone concretions: a record of high-frequency shallow burial to exhumation cycles, Facies, 59, 843-861

[16] Krajewski K.P., Luks B., 2003. Origin of “cannon-ball” concretions in the Carolinefjellet Formation (Lower Cretaceous), Spitsbergen. Polish Polar. Res., 24, 217–242.

[17] McBride E.F., Milliken K.L. 2006. Giant calcite-cemented concretions, Dakota Formation,  central Kansas, USA. Sedimentology, 53, 1161-1179.

[18] McBride E.F., Picard M.D., Milliken K.L. (2003) Calcite-cemented concretions in cretaceous sandstone, Wyoming and Utah, USA. J. Sediment. Res., 73, 462-483.

[19] Wanas H.A., 2008. Calcite-cemented concretions in shallow marine and fluvial sandstones of the Birket Qarun Formation (Late Eocene), El-Faiyum depression, Egypt: field petrographic and geochemical studies: implications for formation conditions. Sediment. Geol., 212, 40-48.

[20] http://irna.lautre.net/Tout-ce-que-la-nature-ne-peut-pas,45.html

[21] Battiau-Queney Y., Simao B., Tekin M., 2003. Les falaises du Nord-Boulonnais, du cap Gris Nez à Audresselles (France). Hommes et Terres du Nord 2003/1, 12-21.

[22] Pierre G., 2005. Structure et évolution des falaises gréseuses et argileuses du cap Gris-Nez (Boulonnais, France). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, 297-310.

[23] http://irna.lautre.net/Boules-de-pierre-en-France-aussi.html

[24] Friès G., Parize O. 2003. Anatomy of ancient passive margin slope systems : Aptian gravity- driven deposition on the Vocontian palaeomargin, western Alps, south-east France. Sedimentology, 50 (6), 1231-1270.

[25] Heinrich P.V., 2007. Pseudoscience in Bosnia. Science 318, 5 october 2007, 42-43.

Séance publique annuelle du Conseil du Programme international de Géosciences (PICG)

                  

De gauche à droite : Patrick Mc Keever et Qunli Han respectivement Chef de la section des Sciences de la Terre et de la réduction des géorisques et Directeur de la division des Sciences écologiques et de la Terre de l'UNESCO, Roland Oberhänsli et Jose P. Calvo, respectivement Président et Secrétaire général de l'IUGS

Le 24 février 2016 s'est tenue la séance publique annuelle du Conseil du Programme International de Géosciences (PICG) et de présentation des nouvelles candidatures pour les Géoparcs mondiaux UNESCO.

Pour rappel, le PICG est un programme commun mis en place par l'UNESCO et l'Union Internationale des Sciences géologiques (IUGS), dont le but est de soutenir des projets scientifiques relatifs à la géologie à travers le monde. Ces projets sélectionnés par le Conseil scientifique du PICG doivent intégrer une des cinq thématiques suivantes :

  • Ressources de la Terre : fondement de notre société;
  • Changement climatique :  données issues des archives géologiques;
  • Géorisques :  diminution des risques;
  • Hydrogéologie :  géosciences et cycle de l'eau;
  • Contrôle géodynamique de notre environnement.

 

Le président de la SGF s'est exprimé à cette occasion :

    

De gauche à droite : Jean-Jacques Jarrige, Président de la SGF, Patrick de Wever, Chairman du Geoheritage Task Group de l'IUGS, Jacques Charvet, Président du Nominating Committee de l'IUGS.

"Je profite de l’opportunité de cette réunion pour signaler aux délégués présents quelques  faits marquants des activités de la communauté française des sciences de la Terre en liaison avec le Programme international des Géosciences et Géoparks.

  • Depuis que le Comité National Français de Géologie, l’Union Française des Géologues et la Société Géologique de France ont fusionné, la SGF intervient en tant que Comité National. De plus en 2015, le Comité National Français de Stratigraphie a rejoint la nouvelle entité. Ces rapprochements renforcent la visibilité des équipes françaises dans les instances internationales.
  • Les présentations faites ce matin ont montré que les équipes françaises étaient présentes dans deux nombreux projets du PICG en particulier dans les domaines des « Géorisques » et de « l’Hydrogéologie ». La SGF a apporté son soutien à de nouveaux projets proposés sur le thème « Changement global » en 2016.
  • En septembre dernier,  la conférence « Géoheritage », organisée par P. de Wever, F. Duranthon et Arnaud Lalanne, s’est tenue avec succès à Toulouse, sous l’égide de l’UNESCO, l’IUGS et de l’UICN.
  • La France compte à ce jour 5 Géoparcs. Le Parc naturel des Causses du Quercy a entamé une procédure de labellisation « Géoparc »  que nous espérons voir aboutir favorablement en 2016.
  • La France est partenaire de l’Allemagne et de la Pologne pour une candidature à l’organisation du Congrès mondial de Géologie à Berlin en 2024. Dans ce cadre, des workshops et excursions seront organisés en France."

 

Les présentations sont disponibles sur le site de l'UNESCO : cliquer ici

Et si la France organisait les Olympiades Internationales des Géosciences en 2017 ?

Les Olympiades Internationales des géosciences (IESO) ont été lancées en 2007 à l’initiative de l’IGEO (Organisation Internationale pour l’Education aux Géosciences) et sont soutenues en France par le dispositif  « Sciences à l’Ecole ».

Il s’agit d’un concours international ouverts à des élèves de l’enseignement secondaire, sélectionnés dans une trentaine de pays. Les candidats sont classés en fonction de leurs résultats  à des épreuves individuelles et collectives sur des thèmes concernant l’espace, l’atmosphère, l’hydrosphère et la géosphère.

La 9eme édition a eu lieu au Brésil en 2015. La délégation française est revenue avec deux médailles d’or, deux médailles d’argent et une médaille de bronze. Les épreuves de sélection nationale pour l’édition 2016, qui aura lieu fin août au Japon, sont en cours.

Une opportunité existe  pour organiser en France la session 2017. L’organisation d’un tel événement nécessite une mise en œuvre logistique (hébergement de 250-300 personnes environ), une préparation scientifique (conception et correction des tests en salle et des épreuves de terrain), un suivi des délégations par un cinquantaine d’étudiants « volontaires ». Le budget prévisionnel est de l’ordre de 200 – 300 k€ qui dépend de la mise à disposition ou non de locaux et requiert la recherche de partenaires.

Ce projet vous intéresse et vous souhaitez en savoir plus, contactez la SGF : accueil@geosoc.fr

 

Informations sur les IESO:

http://www.sciencesalecole.org/olympiades-internationales/ieso

http://www.sciencesalecole.org/olympiades-internationales/ieso/article-ieso-concint/article-ieso-2015

Nouvelle règle stratigraphique graduée de la SGF

La SGF vient d'éditer une nouvelle règle stratigraphique en plastique souple recto-verso graduée de 30 cm à l’occasion de la création de la nouvelle section "Stratigraphie".

  


Nous vous proposons de l'acquérir en la commandant directement en ligne sur notre boutique.

Règle 30 cm - Echelle chronostratigraphique Prix public Prix adhérent Frais d'envoi
De 1 à 4 exemplaires                           

2,5 € (prix unitaire)

2 € (prix unitaire) 2 €
De 5 à 9 exemplaires

2,5 € (prix unitaire)

2 € (prix unitaire) 4 €
Par 10 22,5 € (le lot) 18 € (le lot) 4 €
Par 50 110 € (le lot) 88 € (le lot) 10 €
Par 100 200 € (le lot) 160 € (le lot) Offert
Nous contacter pour une quantité plus importante

 Les adhérents bénéficient toujours de 20% de réduction sur tous les livres, produits de sa boutique.

ou bien en téléchargeant le bon de commande : cliquer ici

Dernier numéro de Géochronique : Regards croisés sur le Métamorphisme

 Sommaire

BRÈVES


La Compagnie nationale des Mines de France : une mort annoncée
Communiqué
Code minier : quoi de neuf ?
Enfin un avenir pour les objets géologiques

ACTUALITÉS


2015 : l’année des planètes naines et le cinquantenaire de l’exploration spatiale
Paléoclimats
Création de la Réserve naturelle géologique de Tercis en Aquitaine

DOSSIER


 
Regards croisés sur le Métamorphisme

1 > Les limites du métamorphisme

La transition diagenèse métamorphisme
Fusion partielle, extraction des liquides et différenciation de la croûte continentale : l’exemple du Massif central français
Le métamorphisme de (ultra) haute pression : deux siècles de débats
Métamorphismes extrêmes et refroidissement de la Terre

2 > La quantification

Les apports de l’expérimentation à la modélisation des processus métamorphiques

RÉALITÉ TERRAIN

Cycle de la lithosphère océanique et métamorphisme

À la recherche de l'équilibre perdu
Techniques, méthodes et outils pour la quantification du métamorphisme
Dater les événements métamorphiques : exemple du chronomètre Th-U-Pb dans la monazite

3 > Le fluide, l'Arlésienne du métamorphisme

Les marqueurs des évaporites dans la formation des gemmes métamorphiques
Les serpentinites, vecteurs des transferts de fluides dans le globe
Piégeage et libération des halogènes dans les métagabbros océaniques
Rôle des fluides dans le métamorphisme


ANALYSES D'OUVRAGES

 

Acheter ce numéro en ligne (Paiement sécurisé par carte bancaire (via Paypal) :

ou bien

Télécharger le bon de commande papier - Frais d'expédition offerts

Dernier numéro de Géologues : Impact du changement global sur les ressources en eau souterraine

Géologues 187Sommaire de ce numéro

Impacts des changements climatiques sur les eaux souterraines : réduction des émissions, analyse des processus, mesures d'adaptation

  • Politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre menée par un industriel non soumis aux obligations liées au protocole de Kyoto - Pierre-Étienne Pollez et Patrick Lachassagne
  • Changement climatique et remontée océanique : concepts et impacts sur les aquifères côtiers français - Olivier Douez
  • Impact des changements climatiques sur les eaux souterraines en Tunisie - Noureddine Gaaloul, Benoit Laignel, Zeineddine Nouacer et Hamadi Habaieb
  • Impact quantitatif du changement climatique sur les ressources en eau de Martinique - Luc Arnaud et Sandra Lanini
  • Changements climatiques et eaux souterraines sur le bassin Adour-Garonne : première approche concernant les impacts directs quantitatifs - Cyril Lucas
  • Impact du changement climatique sur l'aléa « effondrement karstique » dans le Val d'Orléans (Loiret) et risque induit sur les digues de Loire - Philippe Gombert, Rafid Alboresha, Marine Treffot, Marwan Al Heib et Olivier Deck
  • Modélisation hydrodynamique des effets du changement climatique sur la nappe de Berrechid (Maroc) - Naïma El Assaoui et Fouad Amraoui
  • Adaptation au changement climatique. Modélisation de réalimentations artificielles en aquifère sédimentaire semi-profond  - Philippe Verjus, Nicolas Gallois et Pascal Viennot
  • Recharge artificielle des aquifères : adaptation aux changements climatiques et modélisation. Cas de la nappe de Charf El Akab au Maroc - My Lhassan Sadiki, Bouabid El Mansouri, Jamal Chao et Malika Kili


Changement global et ressources en eau souterraine : analyse des processus, impacts des changements d'occupation des sols (déprise agricole, reforestation...) et de la surexploitation des eaux souterraines, mesures d'atténuation

  • Paradoxes et contrastes en Afrique de l'Ouest : Impacts climatiques et anthropiques sur les écoulements - Luc Descroix, Pierre Genthon, Christophe Peugeot, Gil Mahé, Moussa Malam Abdou, Jean-Pierre Vandervaere, Ibrahim Mamadou, Bachir Tanimoun, Ilia Amadou, Sylvie Galle, Théo Vischel, Guillaume Quantin, Honoré Dacosta, Ansoumana Bodian, Yahaya Nazoumou et Arnaud Zannou
  • Anthropisation et fluctuations climatiques au Sahel nigérien : évolution à long terme de la nappe phréatique du Continental Terminal près de Niamey - Christian Leduc, Yahaya Nazoumou, Guillaume Favreau, Sylvain Massuel, Monique Oï et Boureïma Ousmane
  • Simulation de l'atténuation de l'impact du changement climatique sur les ressources en eau par la gestion du couvert forestier. Exemple de Volvic - Simon Rouquet, Patrick Lachassagne et Emmanuel Ledoux
  • Effets de la déprise agricole et de la reforestation sur les écoulements et les ressources en eau. Aperçu bibliographique - Jean-Pierre Faillat, Jean-François Didon-Lescot, Pierre-Alain Ayral et Phillipe Martin
  • Le défi de l'adaptation des milieux construits aux changements globaux : concilier le développement des villes et la réduction des impacts sur les eaux souterraines - Emmanuel Dumont, Guillaume Attard, Emilie Thiébaud, Yinghao Li, Emmanuel Berthier, Laurent Eisenlohr, David Goutaland et Catherine Franck-Néel
  • Évaluation de l'impact du changement global sur la ressource en eau souterraine du système karstique du Lez - Bernard Ladouche, Yvan Caballero et Jean-Christophe Maréchal
  • Méthode d'évaluation, par analyse du signal, de l'efficacité des aménagements de bassin versant sur la turbidité aux captages karstiques - Matthieu Fournier, David Humbert, Nicolas Massei et Jean-Paul Dupont
  • Changements globaux : quels impacts sur l'aquifère de la Crau ? - Antoine Baillieux, Albert Olioso, Fabienne Trolard, André Chanzy, Rémi Lecerf, Patrice Lecharpentier, Olivier Banton, Françoise Ruget et Stéphane Ruy
  • Impact de l'exploitation intensive des eaux souterraines pour l'agriculture sur le bassin de l'Oronte (Liban et Syrie) - Michel Bakalowicz, François Zwahlen et Myriam Saadé-Sbeih
  • Quel est l'impact des volumes prélevés dans les eaux souterraines sur les ressources en eau disponibles en Bretagne ? - Flora Lucassou et Bruno Mougin, avec la collaboration des
    stagiaires Aurore Cuillerier, Gilles Valdez Tagne Kamgue, Élodie Naud, Marion Crenner, Cécilia Reuze et Maxime Priou
  • Aqui-FR, un système multi-modèle hydrogéologique à l'échelle nationale - Florence Habets, Philippe Ackerer, Nadia Amraoui, Bénédicte Augeard, François Besson, Yvan Caballero, Jean-Raynald de Dreuzy, Patrick Le Moigne, Laurent Longuevergne, Éric Martin, Thierry Morel, Fabienne Regimbeau, Marie Rousseau, Pauline Rousseau-Gueutin, Dominique Thiéry, Jean-Michel Soubeyroux, Jean-Pierre Vergnes et Pascal Viennot


Les rubriques

  • Aquifères de socle : le point sur les concepts et les applications opérationnelles. La Roche-sur-Yon,Vendée, France, 11 - 14 Juin 2015
 

Acheter ce numéro en ligne (Paiement sécurisé par carte bancaire (via Paypal) :

ou bien

Télécharger le bon de commande papier - Frais d'expédition offerts

Bourses françaises L’Oréal-UNESCO "Pour les Femmes et la Science"

Appel à candidature 2016 du 11 Janvier au 11 Avril 2016

 

La Fondation L’Oréal lance la 10e édition du programme français de bourses L’Oréal-UNESCO « Pour les Femmes et la Science » pour soutenir les jeunes femmes scientifiques.

Seront décernées en 2016 :

  • 15 Bourses de 15 000 € chacune à des doctorantes.
  • 15 Bourses de 20 000 € chacune à des chercheuses post-doctorales.

Candidature en ligne sur le site fwis.fr avant le 11 avril 2016 minuit

 

CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ

  • Doctorantes et Post-doctorantes : de toute nationalité inscrites dans une école doctorale française ou un laboratoire de recherche en France.
  • Pour les doctorantes : être au moins en 2e année de thèse.
  • Pour les post-doctorantes : avoir soutenu sa thèse il y a moins de 5 ans.
  • Disciplines : sciences formelles, sciences du vivant et de l’environnement, sciences de la matière, sciences de l’ingénieur et technologiques.

 

Critères et informations complémentaires sur le site fwis.fr

Consultation citoyenne sur le projet de loi Biodiversité au Sénat

Le Sénat a examiné en séance publique le Projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (texte de la commission, n° 608, 2014-2015).

La SGF a fait parvenir à plusieurs sénateurs la lettre ci-dessous pour rappeler l'importance d'inclure la "Géodiversité" dans le texte de la loi.

 ************

Madame la Sénatrice,

La Société Géologique de France (SGF) est une association reconnue d’utilité publique qui se caractérise par ses compétences en géosciences, à la fois fondamentales et dans tous les domaines d’application.

La Société Géologique de France apporte son soutien au fait que le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » intègre dans son Titre 1, « principes fondamentaux », la géodiversité comme un élément essentiel du patrimoine naturel, au même niveau que les processus biologiques et les sols. Ceci traduit les liens étroits qui existent en milieu terrestre entre le substrat géologique, les caractéristiques des sols et les occupations végétale, animale et humaine et que le patrimoine naturel doit faire l’objet d’une approche globale.

Néanmoins, nous déplorons que la composante géologique soit peu mentionnée dans le corps de la loi, bien que le décret du 28 décembre 2015, relatif à la protection des sites d’intérêt géologique, ait complété la partie réglementaire du code de l’environnement. L’impact de la géologie ne peut être considéré uniquement du point de vue statique comme le substrat  de la végétation, de l’agriculture  et des terroirs mais elle doit être également perçue comme une composante dynamique essentielle en particulier dans le cycle de l’eau, la gestion durable des ressources, l’érosion des sols, l’évolution du littoral… Dans ce dernier domaine, on peut, à titre d’exemple, rappeler l’impact des études géologiques dans la compréhension de la dynamique sédimentaire littorale pour la sauvegarde du site du Mont Saint Michel et de ses implications en tant que capital économique pour la région.

Dans cette logique, la Société Géologique de France attire votre attention sur la nécessité d’inclure dans les instances de gouvernance, prévues dans le projet de loi, des représentants issus de la communauté des Sciences de la Terre. Nous souhaitons également que la géologie soit systématiquement intégrée dans les travaux et les synthèses menés dans le cadre de l’établissement des « atlas des paysages » qui ont pour objectif de caractériser l’ensemble des paysages de notre patrimoine national et de suivre leur évolution.

La démarche en cours d’intégration de la géodiversité dans notre code de l’environnement permet à la France de s’inscrire dans un processus d’échelle internationale. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature  et la Commission Européenne ont rappelé récemment l’importance de la prise en compte de la géologie dans la conservation de la nature. L’UNESCO a créé en novembre 2015 le label « Géoparcs mondiaux » qui promeut également une gestion holistique des sites et paysages exceptionnels.

La Société Géologique de France continuera à suivre avec intérêt le processus législatif en cours concernant la loi sur la biodiversité.

Nous sommes à votre disposition pour apporter des éléments contribuant à une meilleure intégration de la géologie dans la démarche en cours et, dans cette attente, vous prions d’agréer, Madame la Sénatrice, l’expression de notre très haute considération.

 

Jean-Jacques JARRIGE

Président

Consultation citoyenne sur le projet de loi Biodiversité au Sénat

Le Sénat examinera en séance publique à partir du 19 janvier le Projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (texte de la commission, n° 608, 2014-2015).

Ce texte est important, il intervient après la signature de l'accord de Paris sur le climat et les citoyens attendent que nous engagions notre pays dans la préservation de notre environnement, mais aussi dans l'inévitable adaptation au changement climatique. Ce projet de loi est une étape importante, et le Sénat va prendre toute sa place dans l'amélioration de ce texte.

Le texte est soumis à la consultation citoyenne, du 21 décembre 2015 au 13 janvier 2016, à travers la plate-forme Parlement et Citoyens.

Plus d'articles...

  1. Décret relatif à la protection des sites d’intérêt géologique paru au J.O. du 30 décembre 2015
  2. Prix de thèse 2016 de la SGF et de la SFMC
  3. Visioconférences pour classes de 1ère S dans le cadre de la mission 360 du programme scientifique IODP (International Ocean Discovery Program)
  4. Poster : l'arbre du Vivant - SGF
  5. Retour sur la 1er édition de l'Université d'été des Sciences de la Terre
  6. Berlin, ville candidate en 2024 pour l'organisation du 37th International Geological Congress
  7. Enfin un avenir pour les objets géologiques - Patrick de Wever
  8. La SGF sera présente aux journées nationales APBG 2015
  9. Dernier numéro de la revue Géologues : Quelle pédagogie pour sensibiliser aux sciences de la Terre appliquées et valoriser le patrimoine minier
  10. Dernier numéro de Géochronique : Regards sur...
  11. Journées Scientifiques AGAP Qualité 2015
  12. Roussillon 2016 - Réunion extraordinaire de la SGF
  13. Appel à session RST 2016
  14. Rencontres Géosciences - Risques géologiques et géomécaniques - CNAM/MNHN/SGF/MINES ParisTech Musée
  15. Volcans et volcanisme en France | Remise des prix de thèse 2015 et Sainte Barbe
  16. Empreinte des climats et des hommes dans les sols et paléosols - Mémoires de nos jardins - AFEQ CNF-INQUA/AAF/AFES
  17. Inscription sur la liste de qualification 2016
  18. Soutien à nos collègues népalais
  19. Réunion spécialisée AFEQ-CNF/SGF - Holocène : Quels forçages, quelles réponses ?
  20. La SGF présente lors du congrès de l'ASF - Réserver vos ouvrages 10% de remise
  21. Prix SGF 2016
  22. Collection Balades géologiques
  23. Dernier numéro de la revue Géologues : La transition énergétique, où en est-on ?
  24. Nouvel ouvrage : Paléobiogéographie - Collection Géosphères EDP Sciences / SGF
  25. La Géologie, une science au service d’un art : l’exploration