Les hydrates de méthane

 

Les hydrates de méthane, corps solides résultant du piégeage de molécules de gaz dans un réseau de molécules d’eau (glace), sont passés en un siècle du statut de curiosité scientifique à celui de ressource potentielle énergétique majeure. Stables dans des conditions de basse température et de pression élevée, ils ont fait l’objet de nombreux projets de recherche dans ces dernières décennies, consacrés à la compréhension de leurs caractéristiques physico-chimiques et thermodynamiques et leur distribution à terre et dans les marges continentales.

Plusieurs procédés ont été testés pour produire ces ressources dans les zones de pergélisol en Amérique du Nord et en Sibérie. En mars 2013, le premier test de production a démarré en eaux profondes, dans la fosse de Nankai , au Japon. La production de ce type de ressources reste à l’heure actuelle complexe et non économique, mais certains pays, à la recherche d’autonomie énergétique, sont très actifs.

Les évaluations des ressources associées à ces hydrocarbures non conventionnels sont encore très imprécises en particulier en mer, mais elles pourraient représenter un potentiel énorme qui dépend néanmoins de leur concentration et des progrès techniques nécessaires à leur valorisation.

Leur production à terre a un impact environnemental voisin de celui du gaz naturel, par contre en mer leur exploitation peut s’accompagner de déstabilisations locales des niveaux superficiels des fonds marins sur les pentes continentales. Par ailleurs, à terre, un réchauffement des zones arctiques pourrait entraîner la dissociation des hydrates qui libérerait des volumes considérables de méthane dans l’atmosphère. Certains auteurs, se basant sur les analyses d’isotopes du carbone dans les carbonates marins, suggèrent que ce phénomène s’est déjà produit au cours des temps géologiques.

 

Pour en savoir plus à la SGF :
- « icon Sediment-Hosted Gas Hydrates: New Insights on Natural and Synthetic Systems (42.59 KB) », ed. by D. Long, M.A. Lovell, J.G. Rees et C.A. Rochelle. Geolological Society, special publication 319 – Analyse d’ouvrage Géochronique, 119, 2011
 
et…
- R. Vially, 2012 – “les hydrates de méthanes pourraient constituer une nouvelle source de gaz à l’horizon 2030” - http://www.industrie-techno.com/roland-vially-geologue-a-l-ifp-les-hydrates-de-methanes-pourraient-constituer-une-nouvelle-source-de-gaz-a-l-horizon-2030.12712
- IFREMER (2012) – Les hydrates de gaz naturel et les risques liés aux hydrates de gaz
- T. Collett, A. Johnson, C. Knapp, R. Boswell, 2009 – Natural Gas Hydrates, Energy resources Potential and Associated geological hazards. AAPG Memoir 89. http://gashydrates.info/AAPG_summary_paper/
- A. Pissart, 2006 – Les hydrates de méthane : réserve énorme d’énergie et danger climatique potentiel. Bull. Soc. Géogr. De Liège, 48, 7 - 17
- S.M.A. Boukongo, 2006 - Etudes des hydrates de gaz sur la marge active de Nankai (Japon). Analyse des données sismiques réflexion 3D et inversion des formes. Thèse de doctorat, I.P.G. Paris.
- Y.F. Makogon, S.A. Holditch, T.Y. Makogon, 2005 – Russian field illustrates gas-hydrate production, Oil & Gas Journal, juillet 2005 - http://www.ogj.com/articles/print/volume-103/issue-5/drilling-production/russian-field-illustrates-gas-hydrate-production.html
- A.V. Milkov, 2004 - Global estimates of hydrate-bound gas in marine sediments. Earth Science Review, 66, 183-197.