Quels sont les processus de l’exploration de ressources minérales ?

Définition :

L’exploration minérale regroupe l’ensemble des opérations nécessaires à l’acquisition de  connaissances servant à évaluer qualitativement et quantitativement une substance minérale dans le but de mettre évidence l’existence d’un gisement exploitable (économiquement rentable). L’exploration nécessite l’application de multiples disciplines géo scientifiques comprenant notamment géologie, géochimie, géophysique, hydrogéologie, géotechnique, géostatistique, modélisation. Les opérations d’exploration portent la particularité d’être engagées sans garantie de succès, c’est-à-dire sans certitude d’aboutir à la définition d’un gisement exploitable. Il en découle un risque financier majeur.

L’exploration est menée par les compagnies minières contraintes de renouveler leurs réserves de minerai, ou des compagnies dites « Juniors » (non exploitantes) qui s’engagent dans le risque de financement et d’exécution des travaux d’exploration.

L’exploration minérale se caractérise par l’engagement de sommes importantes pouvant facilement atteindre plusieurs dizaines de millions d’euros suivant le degré d’avancement du projet d’exploration. Le financement de l’exploration est soit considéré comment un investissement par les sociétés minières soit, dans le cas de juniors, provient de fond privés ou publiques (levés en bourse) ou d’institutions financières (banques).

 

Buts :

Le but de l’exploration minérale est de mettre en évidence un gisement économiquement exploitable. A cette fin plusieurs étapes sont nécessaires :

  • sélection préliminaires de zones offrant un potentiel de découverte de gisement (généralement basée sur des données historiques ou découvertes de prospecteurs),
  • demande de permis exclusif de recherche* sur les zones sélectionnées
  • une fois le permis accordé démarrage des travaux d’exploration comprenant études scientifiques et techniques :

            - en surface tout d’abord à l’échelle de la zone du permis (géophysique, échantillonnage et géochimie (sol, sédiments de rivières) : méthodes indirectes

            - puis en profondeur sur des cibles sélectionnés à partir des travaux de surface (tranchées, forages, travaux souterrains de reconnaissance) : méthodes directes

Les opérations d’exploration impliquent des pratiques et équipements nécessitant l’intervention de spécialistes issus de multiples disciplines incluant géologues, géophysiciens, foreurs, techniciens et personnel de soutien.

 

Impacts :

Les différentes étapes d’exploration menées pour la découverte de gisement dans le sous-sol ont toutes pour but d’être menés en minimisant les gènes occasionnées et en respectant les lois du travail/sécurité et de l’environnement des pays dans lesquelles elles sont menées.

Comme toute intervention anthropique les opérations d’exploration ont un impact sociétal et environnemental.

L’impact sociétal peut s’avérer positif au regard de retombées directes dans l’économie locale, notamment par l’embauche de personnel qualifié et d’assistants.

L’impact environnemental est minimal tel que listé dans les tableaux ci-dessous considérant les différentes techniques d’exploration communément employées.

 

Activités ayant un impact environnement faible

 

Activité D’exploration

Zone affectée

Impact

Atténuation

Phase Initiale de l’Exploration

Prélèvement de roches (avec analyse géochimique ; méthode indirecte)

Affleurement rocheux

retrait d’un petit morceau

Aucune destruction, par conséquent aucune compensation requise.

Prélèvement de sédiments de ruisseau (avec analyse géochimique ; méthode indirecte)

Approximativement 20 cm du lit du ruisseau

petite dépression dans le lit du ruisseau

La dépression est remplie après le prélèvement. Aucune compensation n’est requise

Concentré de minéraux lourds (méthode indirecte)

Approximativement 50 cm du lit du ruisseau

petit trou dans le lit du ruisseau

Le trou est rempli après le prélèvement. Aucune compensation n’est requise.

Prélèvement d’échantillons de sol (avec analyse géochimique ; méthode indirecte)

Trou de 5-10cm dans le sol

petite dépression dans le sol

Le trou est couvert après le prélèvement et l’herbe est remplacée. Aucune compensation n’est requise.

Phases suivantes de l’Exploration

Tarière portative (prélèvement d’échantillon de sol en profondeur avec analyse géochimique ; méthode indirecte)

Approximativement 1.0 m de la végétation

Petit trou de (7cm de diamètre) fait par une tarière dans le sol

Le trou est rempli après le prélèvement et la végétation est ratissée. (Aucune compensation n’est requise).

Puits (prélèvement d’échantillon de sol en profondeur avec analyse géochimique ; méthode indirecte)

Un trou de 2m x1.5m par 2m de profondeur est creusé dans le sol

Un trou profond de 2m x1.5m x2m est creusé pour qu’un prélèvement soit fait au fond

Le puits est rempli après le prélèvement et la couverture végétale est remplacée. (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

Creusement (méthode indirecte/directe,)

Creusement de tranchées de10m de long x 1.5m largeur et jusqu’à 1.5m (3 m ?) de profondeur, creusé dans le sol

Creusement fait pour que des échantillons de 2 kg puissent être retirés de la paroi de la tranchée d’enfouissement

La tranchée est rebouchée et la couverture végétale est remplacée. (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

Cartographie géologique (méthode indirecte)

Roche et sols

Documenté

Aucune destruction, par conséquent aucune compensation n’est requise

Levé magnétique (géophysique sol ou aéroporté, méthode indirecte)

Surface ou néant

Mesure de la susceptibilité magnétique du sous-sol

Aucune destruction, par conséquent aucune compensation n’est requise.

Levé électromagnétique (géophysique sol ou aéroporté, méthode indirecte)

Surface ou néant

Mesure de la susceptibilité électrique sous-sol

Aucune destruction, par conséquent aucune compensation n’est requise.

Etude de polarisation induite (géophysique sol ou aéroporté, méthode indirecte)

Surface ou néant

Mesure de la susceptibilité électrique sous-sol

Aucune destruction, par conséquent aucune compensation n’est requise.

 

Tableau 1a : Catégorie 1 de l’Exploration.

 

Activités d’exploration ayant un impact plus important

 

Activité D’exploration

Zone affectée

Impact

Atténuation

Forage par percussion (méthodes directes)

Portion sol de 10x20m

Zone de végétation temporairement dégagée

Destruction minimum, les grands arbres restent intacts. (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

Forage par percussion et circulation inverse (méthodes directes)

Portion de sol de 10x20m

Zone de végétation temporairement dégagée

Destruction minimum, les grands arbres restent intacts (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

Forage carotté (méthodes directes)

Portion de sol de 10x20m

Zone de végétation temporairement dégagée

Destruction minimum, les arbres restent intacts. (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

Accès aux sites de forages

pistes jusqu’à 5 m de large

Zone temporairement dégagée d’une grande végétation

Destruction minimum, les arbres restent intacts. (la compensation est payée au taux agricole du District suivant les pays)

 

Tableau 1b : Catégorie 2 de l’Exploration.

 

* Définition d’un permis d’exploration (textes tirés du projet de code minier Français du 5 décembre 2013) :

Un permis d’exploration (ou permis exclusif de recherche) est un titre minier exclusif qui est délivré suite à une décision administrative préalable aux opérations d’exploration et à laquelle elles sont subordonnées. Sauf s’il fixe des limites de profondeur inférieure et supérieure, le titre minier porte sur la totalité du volume à la verticale du périmètre minier. Le permis d’exploration est accordé, après mise en concurrence, par l’autorité administrative, pour une durée initiale maximale de cinq ans.

Nul ne peut obtenir un permis d’exploration s’il ne possède les capacités techniques et financières suffisantes pour mener à bien les opérations d’exploration.

A l’intérieur du périmètre d’un permis d’exploration, le titulaire jouit, à l’exclusion de tous les autres y compris le propriétaire de la surface, du droit d’effectuer toutes opérations d’exploration portant sur des substances ou des usages du sous-sol soumis au régime légal des mines et de disposer librement des produits extraits à l’occasion des opérations d’exploration et des essais.

La validité d’un permis d’exploration peut être prolongée à deux reprises, chaque fois de cinq ans au plus, sans nouvelle mise en concurrence. Chacune de ces prolongations est de droit lorsque le détenteur du permis a satisfait à ses obligations et souscrit dans la demande de prolongation un engagement financier au moins égal à l’engagement financier souscrit pour la période de validité précédente.