Les réponses de la géotechnique

 

amenagement7.jpg

La géotechnique s’appuie, dans les études du comportement des terrains, sur les différentes sciences de la terre, entre autres : la géologie, l’hydrogéologie et la mécanique des sols et des roches. Ainsi, outre sa mise en œuvre qui implique au jour le jour une organisation en projet et des relations régulières avec les autres acteurs d’un programme, ce qui est en soi un métier où l’expérience est essentielle, la géotechnique fait appel à des spécialités des sciences de la terre et à des techniques d’investigation des terrains dans des contextes qui peuvent être très variés : environnements urbain, rural ou littoral ,voire en mer, ce qui constitue autant de possibilités de carrière répondant à des aspirations diverses et ouvertes à des dispositions personnelles variées.

 

Evaluer les risques naturels

Le secteur des risques naturels est le plus souvent celui de géoscientifiques ayant choisi de faire carrière dans des domaines spécifiques des sciences de la terre : sismicité, volcanisme, géodynamique, géomorphologie… Ils entretiennent des liens souvent étroits avec les organismes de recherche. Les méthodes ou outils qu’ils mettent en œuvre sont propres à chaque spécialité et adaptés au site étudié. Il s’agit de domaines d’études où l’expérience joue un rôle important.

En termes d’aménagement, il s’agit en premier lieu d’identifier les phénomènes qui peuvent être à l’origine de risques. Connus quand ils ont été à l’origine d’incidents ou d’accidents encore en mémoire, ils peuvent être plus difficilement détectables quand leur temps de retour est long par rapport aux souvenirs d’une communauté; ce qui nécessite des analyses géologiques spécifiques et des recherches sur archives. Les plans de prévention des risques (PPR) rassemblent les données relatives à un territoire.

Prendre en compte des risques naturels dans un programme d’aménagement peut conduire à différentes stratégies: le déplacement du projet quand il est incompatible avec les risques encourus (itinéraires de routes dangereuses, habitations trop proches de rives ou de rivages…), la mise en œuvre de parades (traitement de versants rocheux, dimensionnement et structures adaptés d’ouvrages antisismiques…) ou la surveillance de l’évolution du phénomène (cas des grands glissements de terrain). Dans tous les cas, les choix retenus vont s’appuyer sur des avis où l’appréhension concrète du terrain, dans toute sa naturelle complexité, est essentielle. Et c’est un aspect important du métier des spécialistes des risques naturels que de savoir faire partager les acquis mais aussi les incertitudes inhérentes à la nature de leurs études.

 

 

amenagement1.jpg

Mener des études géotechniques en surface ou en souterrain

Les études géotechniques interviennent à chacune des phases d’un programme d’aménagement: études de faisabilité, définition technique du projet et phases d’exécution. Elles sont fonction de l’importance du projet et des questions spécifiques qu’il soulève.

Elles débutent généralement par le recueil de données de site qui mobilise des bureaux d’études spécialisés. Ce sont des études géomorphologiques et géologiques pour reconnaître la nature et la configuration des différents terrains à prendre en compte dans le projet (alluvions, sols, roches …). Les propriétés mécaniques des terrains s’appréhendent par des essais in situ (essais de pénétration, de chargement en fond de fouilles ou en forages…) et des tests simples ou plus complexes sur échantillons en laboratoire. Les études comportent aussi des mesures hydrogéologiques (piézométrie) permettant d’évaluer le rôle de l’eau dans le comportement des ouvrages.

Lors de la conception détaillée des ouvrages par le maître d’œuvre, les calculs informatisés intègrent les données recueillies. Leur interprétation doit prendre en compte la complexité des terrains, milieu naturel souvent hétérogène, non isotrope et peu susceptible de répondre de façon simple aux sollicitations mécaniques, thermiques ou hydriques auxquelles il peut être soumis, complexité familière aux professionnels de la géologie.

En profondeur, comme dans le cas des grands tunnels ou des stockages de gaz, la géotechnique fait appel aux spécialistes de la mécanique des roches dans un contexte où les contraintes mécaniques naturelles peuvent être importantes. Les études incluent tout à la fois l’analyse géologique de la fracturation des roches, des mesures de contraintes, des reconnaissances hydrogéologiques et des études hydrogéochimiques, soit des disciplines variées et autant de métiers à exercer.